Pages Menu
UrgencePoliceyoutubefacebook

I.H.O.E.S. (Institut d’Histoire ouvrière, économique et sociale)

Publié le 05-01-2015

logo_IHOESL’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale est à la fois un service général d’éducation permanente (décret de 1976) et un centre d’archives privées (décret de 1994) reconnu par le Ministère de la Communauté Française Wallonie-Bruxelles.

Son objectif est de « sauvegarder et archiver tout type de document relatif à l’histoire de la condition ouvrière, des mouvements ouvriers et des autres mouvements sociaux (pacifisme, féminisme, étudiants, immigration…), de traiter scientifiquement cette documentation pour la mettre à la disposition du public et des chercheurs, et enfin de la diffuser par des manifestations diverses: publications, colloques, expositions, etc », (art. 3 des statuts). Ayant choisi d’illustrer le concept de « patrimoine documentaire » sous ses aspects économiques et sociaux, l’I.H.O.E.S. privilégie la volonté d’exprimer l’histoire du monde du travail trop souvent négligée par l’historiographie classique. _Il poursuit ainsi la collecte, le repérage, le classement et l’analyse de tous les documents qui en forment la mémoire collective, dans une optique pluraliste.

L’I.H.O.E.S. est l’organisateur d’importantes expositions comme :

  • « Jean Tousseul et le mouvement social de son temps » (1990),
  • « Mineurs en lutte ! La grève révolutionnaire de 1932 » (1994),
  • « La presse clandestine de Seraing » (1996),
  • « Siamo tutti neri ! Des hommes contre du charbon » (1996),
  • « FGTB, 50 ans de luttes pour le contrôle ouvrier » (2000)
  • « Noss’ Julien, Julien Lahaut 1884-1950 » (2000)

ainsi que plusieurs colloques historiques, journées pédagogiques ou de formation.

Ses collections sont considérables:

  • Plus de 30 000 livres et brochures,
  • d’importantes collections de journaux, périodiques, affiches, photos,
  • plus de 12 000 chansons et partitions populaires et sociales,
  • ainsi que des fonds d’archives spécifiques d’organisations ouvrières, d’associations ou papiers personnels de militants,
  • d’archives de la Résistance,
  • d’archives industrielles,
  • d’archives culturelles,
  • des mouvements étudiants,
  • immigrations ouvrières,
  • libéralisation de l’I.V.G,
  • etc.

L’Institut conserve également des documents audiovisuels, ainsi que des drapeaux, objets, insignes, bannières et autres traces matérielles des partis, syndicats et mouvements associatifs, notamment sur la Commune de Paris, les Internationales ouvrières, les grèves en Belgique, les Partis ouvrier, socialiste, communiste, les syndicats…

L’I.H.O.E.S. fonctionne en service public et accueille chercheurs, animateurs, étudiants ou amateurs.

Retrouvez la lettre d’informations de l’I.H.O.E.S. (cliquez sur le lien).