Pages Menu
UrgencePoliceyoutubefacebook

Louis LELOUP

UN MAITRE-VERRIER DE REPUTATION MONDIALE

Au pied de la rue des Bas-Sarts, dans le quartier du Val Saint-Lambert, est installé un atelier dans lequel travaille un artiste de réputation mondiale :

le maître-verrier Louis Leloup.

Après avoir travaillé pendant une trentaine d’années aux cristalleries du Val Saint-Lambert, Louis Leloup a voulu laissé libre cours à son inspiration et à son génie créatif en devenant artiste indépendant.

Son art et son talent ont surtout été consacrés par la création du musée Louis LELOUP à Kyoto au Japon.

Depuis ce 4 septembre 2007, le maître-verrier est devenu citoyen d’honneur de la Ville de Seraing.

 

 

Le Musée Louis Leloup à Kyoto abrite plus de 600 pièces.

Atelier Louis LELOUP

rue des Bas-Sarts 2

4100 Seraing

Tél: 04 371 37 17

 

Exposition permanente à la galerie C.A.D.

(rue Cockerill à Seraing)

Biographie

Louis Leloup est né à Seraing en 1929.

De réputation mondiale, bien connu en France et en particulier en vallée de la Bresle (Normandie), cet artiste excelle dans l’art d’user du cristal pour ses créations artistiques. Sa maîtrise du cristal et des émaux lui permettra d’ailleurs de produire des créations que l’on disait impossibles à l’époque. Un musée Louis Leloup lui est entièrement consacré à Kyoto au Japon , ses élèves viennent du monde entier.

 A 17 ans, Louis Leloup entre comme élève au conservatoire de Liège pour devenir chanteur d’Opéra.

A la même époque, il est engagé comme apprenti verrier aux Cristalleries du Val Saint-Lambert. Enthousiasmé par le travail du verre, il fait part de sa passion à ses amis du Conservatoire.

Il doit choisir entre le Conservatoire et la Cristallerie. La Direction du Val Saint-Lambert, séduite par les capacités de l’élève, l’encourage à poursuivre dans cette voie, mettant en avant ses possibilités de devenir un grand Maître Verrier. Louis Leloup opte alors pour le verre.

En 1958, placé à la tête d’une équipe de 12 verriers, il met au point une série de vases et coupes dégradées à trois côtés, qui seront présentées à l’Exposition Universelle de 1958 à Bruxelles.

A l’occasion de cette même exposition, il expose deux pièces de cristal travaillées entièrement à la main et que l’on disait impossible à réaliser : un lampadaire de 70 kg de cristal mesurant 2 mètres et une table ronde de 70 cm de diamètre sur une jambe 60 cm.

C’est également l’époque où il invente la technique du soufflage à plusieurs cannes, qui permet notamment la création de pièces statuaires exigeant parfois plusieurs dizaines de kilos de cristal. Cette invention est sans doute l’apport le plus significatif de Louis Leloup à l’Art verrier contemporain.

De 1958 à 1971, Louis Leloup a enseigné à l’École des Cristalleries du Val Saint-Lambert.

En 1965, il réalise la « Madone de la Reine », une statuette blanche et bleue représentant la Vierge. Il l’offre à La Reine Fabiola lors d’une visite royale.

1971: La nouvelle Direction du Val Saint-Lambert désapprouve l’orientation novatrice que Louis Leloup souhaite donner au cristal. Il décide alors de créer son propre atelier pour laisser libre cours à son esprit de créativité.

1972: Louis Leloup expose pour la première fois au Musée Bellerive à Zurich. Il y rencontre des spécialistes américains et allemands qui sont très impressionnés par sa technique de soufflage à plusieurs cannes. C’est la porte ouverte vers de nombreuses invitations à participer à des expositions.

 1977: Lors de la visite du Roi Baudouin à Liège, une sculpture de Louis Leloup, créée spécialement pour l’occasion est offerte au souverain.

 1978: Louis LELOUP participe à des expositions un peu partout dans le monde.

 1979: Il obtient la « Dunhill Dinstinction », prix destiné à faire connaître les artisans de haute qualité. Il exerce de nouvelles techniques et parvient, au cours de ces recherches, à donner un aspect plus satiné au cristal, à accroître les effets de densité dans les incrustations à l’or et à l’argent. Il perfectionne et reprend à son compte le triplé par superposition de trois couleurs et la technique du millefiori.

 1980: Louis Leloup obtient le prix du « Meilleur Artisan » de la Cité à l’occasion du Millénaire de la Principauté de Liège.

1982: L’artiste expose pour la première fois à la Salle Saint-Georges à Liège.

1990: L’exposition au Fine Arts Museum de Taïpei est un réel succès. Sur la cinquantaine de sculptures présentées, le Musée en acquit seize et quarante mille visiteurs découvrirent le travail du Maître mosan.

Le livre « Louis Leloup » écrit par Paul Caso paraît aux Éditions Margada.

 1997: A l’occasion du cinquantième anniversaire de son œuvre, plusieurs manifestations sont organisées :

  • une exposition rétrospective est présentée successivement au Palais de Princes-Evêques de Liège, à l’Abbaye du Val Saint-Lambert et au Manoir de Fontaine à Blangy sur Bresle en France ;
  • le livre « Louis Leloup, 50 ans d’Art » est publié aux Éditions Galerie C.A.D ;
  • un Musée Louis Leloup ouvre ses portes à Kyoto au Japon.

 1998: Publication du livre « Musée Louis Leloup », par Shiro Ohtani.

 1999 – 2007: Louis Leloup réalise de nombreuses expositions personnelles et rétrospectives.

Il crée également une série de trophées de cristal.

Bibliographie

  • « Louis Leloup », Paul CASO, Critique d’art. Edition MARDAGA, Liège, Belgique, 1990.
  • « Musée Louis Leloup », Jos CAPPA, Historien, critique d’art. KORINSHA PRESS design by Shiro Othani, 1998.
  • « Louis Leloup 50 ans d’art », José Brouwers, journaliste, directeur de théâtre, Galerie GAD Editeur, 2000.