Pages Menu
UrgencePoliceyoutubefacebook

Travaux à la mare aux Joncs

Publié le 26-09-2017

Dès le mois d’octobre des travaux d’entretien seront réalisés dans et aux abords de la mare aux Joncs par le Département de la Nature et des Forêts du Service Public de Wallonie. L’ensemble des travaux sera terminé avant le mois de mars afin d’offrir un milieu favorable pour les pontes de grenouilles.

Pourquoi réaliser des travaux ?

La dynamique naturelle d’une mare l’amène à se combler. Des terres issues du ruissellement ainsi que de la matière organique en décomposition (feuilles, branches, …) viennent s’accumuler au fond de la mare, principalement en son centre ; c’est ce que l’on appelle le phénomène d’atterrissement. La mare est de moins en moins profonde et les surfaces d’eau libre disparaissent. A l’instar de toute mare forestière, la mare aux Joncs subit ce phénomène.

En même temps, la végétation se développe autour de la mare, tentant de coloniser chaque mètre carré de terre disponible. Au fil des ans, arbres et arbrisseaux se développent et ne cessent de grandir. Cette recolonisation par la végétation participe à l’atterrissement de la mare (dépôt de matière organique), diminue l’arrivée de lumière (eutrophisation) et pompe l’eau disponible dans la mare (évapo-transpiration).

De plus, les visiteurs réguliers de la mare auront constaté que depuis quelques années, le niveau d’eau diminue. Pour maintenir des pontes de grenouilles viables, la ville de Seraing doit alimenter la mare de manière artificielle. Cette baisse du niveau d’eau est probablement liée à un problème d’imperméabilité.

Pour garantir un milieu de vie propice aux pontes de grenouilles, la mare aux Joncs doit rester un milieu ouvert, où l’eau doit rester disponible durant toute la période de développement des têtards.

Travaux qui vont être réalisés

Les travaux se concentreront sur le côté nord de la mare, le long de l’avenue du Ban.

Une partie des arbres situés en crête de talus va être coupée ainsi que les saules qui sont tombés dans l’eau voici quelques années et qui s’y sont développés horizontalement, couvrant plusieurs dizaines de mètres carrés d’eau libre. Le talus sera ensuite replanté avec de la bourdaine (Frangula alnus) ; un arbuste indigène qui supporte bien les sols humides, qui a un faible développement en hauteur (5 mètres) et est peu colonisateur.

Les abords de la mare, ainsi nettoyés, permettront le curage de celle-ci. Le curage a pour but de retirer la matière organique et la terre qui se sont accumulées au fond de la mare. Il permettra également de retravailler la couche étanche de la mare et de tenter d’assurer son imperméabilité. Ce curage sera réalisé sur une moitié de la mare maximum. De cette manière les espèces animales et végétales pourront, à partir de l’autre moitié refuge, recoloniser l’ensemble du site en 1 ou 2 ans.

Par la suite, des entretiens annuels seront réalisés afin de permettre un bon développement de la faune et de la flore.

 

Échevinat de l’environnement
Philippe Grosjean
Tél. : 04/330.86.07