Pages Menu
ATTENTION
Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigeur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.seraing.be/coronavirus. Find all the precautionary measures and the government policy to fight the coronavirus Covid-19, translated in 12 languages.

L’abattage d’animaux de type ovin au domicile est dorénavant interdit toute l’année à Seraing

Publié le 07-06-2021

Lors de sa séance du 4 juin 2021, le Collège communal de la Ville de Seraing a décidé d’interdire l’abattage d’animaux de type ovin au domicile des citoyens sérésiens, durant toute l’année.

A l’instar d’autres villes et communes, la Ville de Seraing se sent extrêmement concernée par le bien-être animal. Depuis le début de cette législature, une nouvelle compétence en ce sens a d’ailleurs été créée et prise en charge par l’Echevine Julie Geldof.

Depuis lors, de nombreux projets ainsi que de multiples actions ont vu le jour en faveur des animaux.

C’est donc en suivant parfaitement cette logique que les autorités compétentes ont décidé de prendre une importante décision ce vendredi 4 juin 2021.

Durant sa séance hebdomadaire, le Collège communal – à l’initiative du Bourgmestre, Francis Bekaert – interdit désormais l’abattage d’animal de type ovin à domicile sur le territoire sérésien.

Cette pratique ayant déjà été officiellement interdite du 12 au 16 avril 2021, pendant la durée de la fête du sacrifice, sera dorénavant proscrite définitivement, sans qu’elle ne s’intègre dans un cadre religieux.

Le Collège communal considère qu’il est en effet impératif de faire respecter la législation sur le bien-être animal et que ce type d’abattage ne permet pas d’exercer un contrôle efficace sur le respect de l’obligation d’étourdir l’animal, de manière réversible et sans entraîner la mort de celui-ci. Le dépôt clandestin des carcasses de ces bêtes a également joué en faveur de cette décision puisque la Ville de Seraing a pour objectif de lutter contre toute forme d’insalubrité publique.

C’est donc pour ces différentes raisons qu’elle s’est positionnée de la sorte. Elle souligne tout de même que cette interdiction n’empêche pas tout qui, détient un ovin destiné à être abattu, à se rendre dans l’abattoir de son choix.

Un courrier explicatif sera envoyé dans le courant de la semaine du 7 juin aux représentants des cultes juifs et musulmans implantés sur le territoire communal afin de les informer de cette décision.