Pages Menu

Jacques Vandebosch et Christian Piot sont devenus des citoyens d’honneur de la Ville de Seraing

Publié le 16-03-2019

Messieurs Jacques Vandebosch et Christian Piot ont été élevés ce samedi après-midi au rang de « Citoyen d’honneur de la Ville de Seraing » au cours d’une cérémonie qui a eu lieu à l’Hôtel de Ville, en présence de leur famille, du collège sérésien et de plusieurs personnalités politiques de la région.

Ils étaient près d’une centaine à s’être déplacés ce samedi après-midi à l’Hôtel de Ville de Seraing pour rendre hommage à deux figures emblématiques du territoire, à savoir Jacques Vandebosch et Christian Piot. L’ancien bourgmestre sérésien et l’ex joueur de football professionnel ont tous les deux été mis à l’honneur par le maïeur actuel, Francis Bekaert, ainsi que par les membres du collège du territoire. C’est devant leur famille respective, devant des anciens joueurs du ballon rond et devant des personnalités du monde politique, comme Jean-Claude Marcourt et André Gilles, que Francis Bekaert a pris la parole pour retracer le parcours des deux citoyens d’honneur. Si le bourgmestre en a profité pour partager la biographie des deux hommes, il en a également profité pour agrémenter son discours d’anecdotes en tout genre. Des moments qui ont su être fortement appréciés par l’ensemble de l’assemblée !

Après quoi, Sabine Roberty, l’échevine de l’Etat Civil, et Fabian Culot, conseiller communal sérésien, ont remis un cadeau réalisé par Christophe Genard, souffleur de verre à l’Atelier Christophe Genard, à Jacques Vandebosch. Déborah Géradon, l’échevine du Développement territorial, et Laura Crapanzano, l’échevine des Finances, ont quant à elles remis son présent à Christian Piot. Le bourgmestre sérésien a ensuite invité le ministre Jean-Claude Marcourt à dire quelques mots aux personnalités mises à l’honneur. Très émus, Jacques Vandebosch et Christian Piot ont ensuite fait une photo avec les personnalités sérésiennes avant de partager un verre de l’amitié avec l’ensemble des personnes présentes pour leur cérémonie d’hommage.

 

Pour information :

Né le 13 août 1941 d’un père médecin et d’une mère infirmière, Jacques Vandebosch a vécu et grandi près du Val Saint-Lambert avec ses parents, son frère et sa sœur. Il étudie ensuite à l’Athénée Royal de l’Air Pur avant d’intégrer l’Université de Liège où il obtient le diplôme d’ingénieur civil électricien à l’âge de 21 ans. En parallèle à ses études, il en profite également pour mettre un pied en politique en s’affiliant au Parti Socialiste à tout juste 16 ans.

Une fois diplômé, il débute sa carrière professionnelle et occupe plusieurs postes différents : assistant au Service de Calcul et Construction des machines électriques, directeur du Secrétariat du Conseil national de Politique scientifique, administrateur/délégué de l’Association Liégeoise d’Electricité, président d’Inter-Régies, président-fondateur opérationnel de SPE (ancien EDF Luminus), ou encore vice-président opérationnel de Cockerill-Sambre et président du Conseil d’administration et du comité de direction de Cockerill-Sambre. Il s’adonne également au sport en co-fondant en 1960 le Seraing Athlétique FC, avec son père et son frère, puis en devenant président-fondateur du Seraing Tennis Club, administrateur du RFC Sérésien ainsi que Président du RFC Liégeois Rugby.

Après ses nombreuses expériences professionnelles, Jacques Vandebosch revient ensuite en politique en devenant chef de cabinet du Ministre des Affaires économiques, Willy Claes, et, plus tard, d’Alain Vanderbiest, ministre chargé à l’époque des Pouvoirs locaux et des Travaux subsidiés. Il est également appelé par Guy Mathot en 1970 pour soutenir la liste PS avec un résultat qui lui permet de faire son entrée au collège en tant que premier échevin de la Ville de Seraing en 1971 où il est amené, à plusieurs reprises, à devenir bourgmestre faisant fonction quand Guy Mathot était appelé au Gouvernement.

Il est ensuite élu par la population pour devenir bourgmestre en titre de 1994 à 2000 avant de quitter le poste de maïeur pour le reprendre temporairement lors du décès de Guy Mathot jusqu’à l’installation d’Alain Mathot en 2007. C’est durant cette même année que Jacques Vandebosch redevient conseiller communal tout comme chef de groupe du PS jusqu’en 2012 ou encore Président à la Fédération de Liège.

Né le 4 octobre 1947 à Ougrée, Christian Piot est rapidement passionné de sport et plus particulièrement de football. C’est guidé par sa passion qu’il décide d’intégrer le FC Ougrée en tant que gardien de but, à l’âge de 12 ans, alors que son papa est un grand fan de l’équipe de Tilleur. Quatre ans plus tard, il intègre le club du Standard en parcours junior où il évolue rapidement grâce aux autres gardiens du club qui se blessent successivement. L’entraîneur de l’équipe, René Haus, décide d’ailleurs de le titulariser à la suite du mauvais comportement du gardien de but attitré de l’époque.

Une belle opportunité que Christian Piot saisit comme une chance et qui lui permet de progresser encore davantage. Ses progrès sont tels que le joueur de football devient, en l’espace d’une seule saison, gardien de l’équipe nationale. Une titularisation qu’il doit également à Raymond Goethals, directeur technique national, qui croit beaucoup en ses talents et qui lui avait déjà prouvé en le sélectionnant avec les moins de 23 ans. La carrière du gardien de but est alors lancée.

En 1970, Christian Piot est titularisé pour le Mondial qui a lieu à Mexico avant d’être à nouveau sélectionné deux ans plus tard pour le championnat d’Europe où la Belgique arrive en demi-finale et termine en troisième position. La même année, il reçoit le Soulier d’or et l’apprend par le biais d’un journaliste qui voyage dans le même train que lui. Il poursuit ensuite sa carrière jusqu’à l’âge de 29 ans où un joueur fonce sur lui et lui brise le genou alors qu’il est sur la pelouse en Allemagne pour le championnat d’Europe. Comme il est impératif de lui bloquer le genou pour le soigner, il doit mettre un terme à sa carrière de gardien de but professionnel de manière précipitée.

Mais comme n’importe quel passionné, il décide de rester dans le monde du football et devient entraîneur pour Verviers, Montegnée, Ensival, Hamoir mais également pour le Standard. Il a d’ailleurs l’opportunité de coacher un autre nom important et connu du ballon rond : Michel Preud’Homme. Après une carrière professionnelle exceptionnelle et une belle reconversion, Christian Piot est retourné au sein du club qui l’a vu naître et entraîne donc le club d’Ougrée. En parallèle à son parcours atypique, l’ancien joueur de football se consacre également à sa famille. Père de quatre enfants et actuellement marié à Dominique, il fait son possible pour les aider en se rendant toujours utile à leurs yeux.