Pages Menu
UrgencePoliceyoutubefacebook

La redynamisation du quartier d’Ougrée

Publié le 25-10-2018

La rénovation du bâtiment de l’OM en salle de concerts

La salle Ougrée-Marihaye, anciennement salle des fêtes de Cockerill, plus connue sous le nom de l’OM fait l’objet depuis plusieurs mois d’une complète rénovation et réhabilitation en salle de concerts. Ce projet pose la première pierre de la redynamisation du quartier de Trasenster à Ougrée.

Des débuts glorieux

Implanté le long de la Meuse, à l’angle du Quai Louva et de la rue de la Gare à Ougrée, ce vaste bâtiment de 4 niveaux, se remarque à plusieurs centaines de mètres. A la fois imposant, sobre et majestueux, le prestigieux édifice ne laisse pas indifférent, avec sa façade arrondie ornée de briques de verre et ses espaces intérieurs magnifiquement proportionnés.

Dessiné en 1948 par l’architecte liégeois Georges Dedoyard, également auteur des Bains de la Sauvenière à Liège, du pont-barrage de l’Ile Monsin, ou encore du Mémorial de la Bataille des Ardennes à Bastogne, l’édifice a accueilli de nombreux événements et manifestations populaires liées à la vie quotidienne des Sérésiens et plus largement des Liégeois.

Une réaffectation en salle de concert

C’est en référence à ce glorieux passé mais aussi face à la nécessité de compléter l’offre sur le territoire liégeois, en matière de salles de spectacles, que la Ville de Seraing a opté pour une réhabilitation de ce bâtiment en salle de concerts.

La surprenante capacité de l’ensemble permet la création d’une première salle « rock » pour l’accueil de 1.500 personnes (debout), complétée d’une seconde de 350 places pour des événements dans une ambiance plus intime. Un espace café-restaurant pourra en outre constituer un intervalle supplémentaire pour réceptions et expositions pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes.

Le tout sera secondé de locaux techniques et d’espaces de bureaux nécessaires au bon fonctionnement et à l’organisation des évènements.

Une rénovation dans le respect du passé

La rénovation suit son cours dans le respect du bâtiment, de son architecture et de son caractère d’origine, comme partie intégrante de l’histoire de Seraing.

La très belle façade entièrement nettoyée et débarrassée de l’épaisse couche de crasse accumulée au fil du temps, a révélé ses couleurs d’origine et notamment ses jolis pavés verts clairs.

 

L’intérieur fait, à son tour, l’objet d’une modernisation et mise aux normes actuelles en matière d’efficience énergétique et acoustique, de normes de sécurité et d’évacuation mais aussi de confort pour les futurs usagers et occupants.

Les lieux se sont en outre vus équipés de gaz et électricité, produits jadis par la cokerie.

 

Cette rénovation bénéficie du soutien de la Ville de Seraing et de la Province de Liège, sur proposition de Liège Europe Métropole.

Ça Balance : le programme d’aide au secteur musical – Installation à l’OM

 

Ça balance est le programme d’accompagnement musical mené par le Service Musique et Danse de la Province de Liège depuis 2002. Il propose des outils de développement professionnels aux groupes émergents qui présentent de la musique pop, rock, hip hop, électro, world, jazz et contemporaine. Parmi ces aides, Ça balance propose le suivi d’un musicien-conseil en vue de préparer l’enregistrement de titres en studio. Les groupes peuvent bénéficier de résidences (voix, textes, scène), d’ateliers thématiques et d’une aide à la promotion et à la diffusion en Belgique et à l’étranger (Suisse, France, Canada).

Afin de mener à bien ses missions, Ça balance s’appuie actuellement sur le soutien de salles partenaires qui mettent leurs infrastructures à sa disposition.

L’installation du Secteur Musique et Danse à la salle de l’O.M. à Seraing permettra à Ça balance de bénéficier d’un espace adapté à son offre de services.

Concrètement, des classes d’ensembles ou des cours individuels d’instruments permettront aux musiciens d’apprendre les bases théoriques et techniques de la musique. Les ateliers ‘workshops’ aborderont les sujets liés aux métiers de la musique et au développement économique du secteur.

Ça balance pourra bénéficier ponctuellement des trois salles de diffusion disponibles au sein du bâtiment pour y organiser ses résidences avec l’aide d’intervenants spécialisés. En outre, des concerts pourront être présentés au public afin que les groupes puissent mettre à profit les différents aspects travaillés lors de ces moments d’apprentissage.

Voilà autant d’outils professionnels offerts aux groupes dans ce nouvel écrin spécialement aménagé à cet effet…

Vu la forte demande et les besoins des groupes de musique vivante (essentiellement en jazz, world musique et musique classique), il est apparu opportun de profiter du déménagement du studio d’enregistrement de la Province de Liège à l’OM pour accroitre le nombre de rooms de une à quatre pièces, pour une superficie totale de 65m² (hors régie).

Ce studio sera donc clairement positionné et identifié comme pouvant accueillir des groupes dédiés au live.

De plus, chaque pièce sera équipée d’un système de caméra et un système de mélangeur vidéo en régie permettra d’offrir une carte postale audio-vidéo aux groupes s’y produisant. Ces équipements permettront ainsi de proposer une offre plus complète et favoriser la diffusion des artistes.

Un pôle culturel à rayonnement supra-communal

La renaissance de l’OM en salle de concerts constitue le point de départ d’une réflexion globale de reconversion des quartiers du bas d’Ougrée, en connexion avec les sites du Parc de Trasenster et celui des Ateliers Centraux.

Le Parc de Trasenster est un espace vert de +/- 40.000 m², en bordure duquel est implanté le bâtiment de l’OM.  Outre une végétation remarquable et notamment plusieurs arbres classés, on y trouve également l’ancien hôpital d’Ougrée. Celui-ci sera à son tour rénové pour y implanter l’académie de musique, école de danse et de chant ou encore l’institut de l’histoire ouvrière. Quant au Château de Trasenster implanté en plein cœur du parc, il fera également l’objet d’une rénovation dans le cadre d’un projet de logements pour étudiants que la ville envisage d’implanter au sein du parc. La proximité de l’ULiège et de plusieurs hautes écoles en font effectivement un endroit de choix.

Quant aux Ateliers Centraux, en amont du parc, ces anciennes halles industrielles de grande capacité, feront bientôt l’objet d’une profonde reconversion.

La première phase de reconversion du site consiste en une triple intention :

  • La création d’un parking de 650 places gratuites dans la halle Est. Ce dernier servira aussi bien de parking à l’usage du quartier et des diverses activités qui sont amenées à s’y implanter que de zone de délestage pour toute la région du Condroz, le parking sera en effet connecté à la ligne
  • L’aménagement d’une traversée piétonne dans la halle centrale. L’objectif étant de créer un lien entre le nouveau Boulevard Urbain, à l’arrière des Ateliers Centraux et la rue Ferdinand Nicolay située à l’avant.
  • La création d’une passerelle piétonne/cycliste dans la prolongation de la traversée de la halle centrale. Celle-ci offrira une connexion avec le parc de Trasenster situé en contrebas ainsi qu’un accès à la nouvelle gare d’Ougrée (Liège Guillemins en 6 minutes seulement !)

Cette première phase de redynamisation du quartier d’Ougrée sera en outre complétée du nouveau Boulevard Urbain qui passera à l’arrière des Ateliers et du début d’aménagement du parc de Trasenster avec l’ouverture en 2019 de la nouvelle salle de concerts et de coaching musical de l’OM (Ville/Province).

Dans une seconde phase d’intervention, 2 x 6.500 m² sont encore disponibles dans les halles Ouest et Sud des Ateliers Centraux pour l’implantation de futurs projets complémentaires, ainsi que 5.000 m² destinés à l’implantation de bureaux. La recherche d’investisseurs pour cette seconde mise en œuvre sera facilitée par le retour de l’attractivité générée par les premiers projets.

Selon une première estimation de planning, deux ans sont nécessaires pour les études, obtentions d’autorisations et désignations des entrepreneurs. Les travaux devraient ensuite durer deux ans et demi pour une finalisation fin 2022 /début 2023.

Les projets présentés constituent à ce stade une première esquisse à affiner en concertation avec le maître d’ouvrage.

Ces projets ont été financés par le FEDER et ont également reçu le soutien de la Province de Liège sur proposition de Liège Europe Métropole dans le cadre de son soutien à la mobilité et  à l’intermodalité provinciale.

La zone rendue plus attractive suite à ces investissements de grande ampleur fera ensuite l’objet d’appels à investisseurs et promoteurs privés pour une seconde phase de travaux, notamment 5.000 m² pour l’aménagement d’espaces de bureaux et 10.000 m² pour l’accueil de futurs projets complémentaires.

Pour en savoir davantage, une rencontre auteurs de projets/riverains sera organisée dans les prochaines semaines.