Pages Menu
ATTENTION
Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigeur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.seraing.be/coronavirus. Find all the precautionary measures and the government policy to fight the coronavirus Covid-19, translated in 12 languages.

Tours de Jemeppe

Ces deux bâtiments construits à l’aube des années 60, bénéficient d’une excellente accessibilité et visibilité.

Ils profitent d’une situation idéale en entrée de ville, au pied de l’autoroute (Liège, Bruxelles, Paris, Aachen et Maastricht), au cœur de la gare multimodale (bus, train, vélo, et tram à terme), à 300 mètres de la gare de Jemeppe, mais aussi 5 minutes de l’aéroport et de la gare TGV Calatrava de Liège.

Ces multiples atouts en font un site des plus intéressants pour l’implantation d’une zone de police.  Le projet est dès à présent à l’étude.

2011_ToursDeJemeppe_Aerienne_Avant

Feu vert pour la construction de la passerelle de Trasenster à Ougrée

29 Sep , 2020 dans Communiqués de presse, Développement territorial, Le Bourgmestre, Le Master Plan

Feu vert pour la construction de la passerelle de Trasenster à Ougrée

« 

La première étape importante dans un projet de construction est sans conteste l’obtention du permis. « C’est donc chose faite pour la création d’une passerelle cyclo-piétonne à Ougrée » se réjouit l’Echevine de l’Urbanisme, Déborah Géradon, annonçant l’obtention du permis de construire délivré par la Région Wallonne en ce 22 septembre 2020. 

Cette dernière indique que la passerelle « profitera pleinement au quartier d’Ougrée Meuse car elle reliera les Ateliers Centraux et le Parc de Trasenster ». 

Longue de 180 mètres, elle débute dans la prolongation de la halle centrale des Ateliers Centraux. Elle surplombe l’entrée des Ateliers puis traverse la rue Ferdinand Nicolay et continue sa course au-dessus du chemin de fer, offrant un accès à la gare d’Ougrée. Elle parcourt ensuite une zone en jachère à la végétation abondante qui fera l’objet d’un aménagement futur. Des perspectives s’ouvrent alors de part et d’autre de la passerelle jusqu’à l’apparition du Parc de Trasenster devant lequel elle atterrit en pente douce. 

« A l’heure où nos modes de déplacement évoluent », Francis Bekaert, Bourgmestre, est satisfait de rappeler que « la passerelle est adaptée aux cyclistes et aux personnes à mobilité réduite ». « De plus », poursuit-il, « la passerelle bénéficiera de plusieurs accès qui favoriseront la multiplicité des circulations, créant un véritable échangeur dynamique et paysager entre la partie haute du quartier, le parc, la gare d’Ougrée et les rues adjacentes ». 

Et l’Echevine de la Mobilité Déborah Géradon d’illustrer : « Il sera aisé de se garer aux Ateliers Centraux ou d’y laisser son vélo en sécurité, d’emprunter ensuite la passerelle et de prendre son train à Ougrée en direction de Flémalle ou de Liège. Ou encore, venant des quartiers d’Ougrée, de se rendre au futur parc public de Trasenster. »

Le bureau AgwA, architecture, paysage et urbanisme, est l’auteur de projet désigné pour mener à bien ce projet de passerelle. Ils travailleront main dans la main avec le bureau Baumans – Deffet, responsable quant à lui de l’aménagement des Ateliers Centraux 

La construction de la passerelle est un projet porté par la Ville de Seraing et soutenu par le FEDER à hauteur de 5.250.000 euros, complété d’un soutien de Liège Europe Métropole de 274.000€.

« 

Ci-contre la version PDF du communiqué de presse: Permis de la passerelle

Un partenaire privé désigné pour la mise en œuvre d’une nouvelle vision urbaine au centre de Seraing : GASTRONOMIA

12 Fév , 2020 dans Communiqués de presse, Gastronomia

Un partenaire privé désigné pour la mise en œuvre d’une nouvelle vision urbaine au centre de Seraing : GASTRONOMIA

Le centre-ville de Seraing a déjà fait l’objet d’un réaménagement complet de ses espaces publics au sein desquels se sont installées de nouvelles fonctions urbaines telles que logements, bureaux, commerces et parcs. Pour compléter cet ensemble, le projet Gastronomia constitue un élément phare du Master Plan de requalification urbaine du centre de Seraing et une véritable locomotive pour booster la dynamique amorcée. La désignation du partenaire privé, qui mènera le projet jusqu’à son terme et en assurera ensuite la gestion, constitue un tournant décisif vers la finalisation de ce projet attendu par tous les amateurs gourmets et gastronomes.

Un lieu unique 

Le projet Gastronomia, c’est avant tout la rénovation d’un patrimoine industriel cher à la Ville de Seraing et à ses habitants. Les halles, construites par John Cockerill à son arrivée à Seraing en 1817, se préparent aujourd’hui à accueillir de nouvelles activités attractives et en accord avec les standards actuels d’environnement et de qualité de vie en milieu urbain. La Ville de Seraing a choisi d’y implanter un projet thématique en lien avec l’alimentation et la gastronomie, selon le concept du « Food Hall » très apprécié dans les pays méditerranéens ou anglo-saxons et encore peu présent chez nous. Gastronomie et lieu unique, voici assurément une combinaison attractive pour servir de moteur au renouveau du centre de Seraing.

Afin de mettre en œuvre ce projet d’envergure, le site a déjà fait l’objet d’une série d’aménagements nécessaires à sa future reconversion. C’est ainsi que grâce aux financements Marshall 2. Vert de la Wallonie, la société SPAQuE, spécialisée dans la réhabilitation des sites industriels pollués en Wallonie, a d’abord entrepris la déconstruction d’une partie des halles ainsi que l’assainissement complet du site. Ce dernier a ensuite obtenu une reconnaissance de site à réaménager (SAR) délivrée par le Gouvernement Wallon et ouvrant la faculté de la zone, jusqu’alors industrielle, à une autre réaffectation, soit des commerces, bureaux et logements.

La Ville de Seraing a obtenu un montant supplémentaire de 9.3 millions d’euros de financement FEDER pour la rénovation patrimoniale des halles. Un accord du Gouvernement Wallon va permettre au partenaire privé de bénéficier en direct du subside afin de procéder à une rénovation adéquate de l’ancienne halle industrielle et en lien immédiat avec le projet final qu’il y implantera.

Une offre commerciale thématique

La halle ainsi rénovée sera ensuite aménagée en un lieu atypique, dédié à l’alimentation, au divertissement et à la gastronomie. Un passage central végétalisé sera animé de commerces nichés sous une mezzanine. Une belle place sera réservée au « bien manger » et aux circuits courts ainsi qu’à des espaces de production, le tout assorti de lieux de rencontres et d’événements festifs et culturels. L’écrin industriel de Gastronomia apportera une véritable identité, une atmosphère incomparable et une singularité que les habitants auront plaisir à se réapproprier.
La mezzanine sera aménagée en espaces de bureaux et de coworking offrant une vue sur la halle à travers une façade vitrée renforçant la forte identité des lieux.

Des Food trucks et petits marchés de produits du terroir pourront ponctuellement occuper le passage central. Au fond de la halle, un espace « Food court » rassemblera échoppes et comptoirs gourmands autour d’une terrasse chauffée.

Une architecture rythmée et intemporelle

Le projet architectural fera le lien entre le passé et le futur, avec pour point de départ, les halles et la façade historiques, auxquelles viendra se juxtaposer une construction nouvelle aux lignes à la fois contemporaines et rappelant les anciens bâtiments par le jeu des toitures et des volumes. Le choix de la brique comme revêtement de façade fait lui aussi référence au patrimoine industriel dans une volonté de donner un caractère intemporel mais aussi durable au projet.

Un projet immobilier mixte complémentaire, composé de commerces, bureaux et logements, prendra place sur le terrain jouxtant la halle principale, le long de la rue Cockerill. L’autre côté de la halle sera occupé par un parking de quelque 500 places et 75 emplacements vélos.

Le site Gastronomia se veut « connecté » au reste du quartier en assurant une continuité avec les aménagements existants. Si l’entrée principale se fera par la rue Potier et sa magnifique façade patrimoniale, d’autres accès sont prévus et notamment, une rue piétonne qui traversera l’ensemble en créant une liaison avec la rue Cockerill.

Cette dernière se verra animée des vitrines des commerces et des entrées des logements. Ceux-ci bénéficieront tous d’une agréable lumière naturelle, d’espaces extérieurs, de balcons, de terrasses ou de loggias, mais aussi de potagers et jardins partagés. Cet habitat de qualité, du studio à l’appartement 3 chambres, constituera un atout pour l’accueil de nouveaux habitants en centre-ville.

Une philosophie durable

La rénovation et la construction se feront dans un souci de minimisation de leur impact environnemental aussi bien au niveau du chantier que de l’utilisation future des bâtiments.
De manière générale, les matériaux de construction choisis combinent durabilité dans le temps, facilité d’entretien, haute performance technique et impact environnemental réduit. L’utilisation de matériaux avec des labels environnementaux (NIBE, FSC, …) est privilégiée. Une attention particulière est portée sur leur cycle de vie.

La mise en œuvre de systèmes techniques performants favorisera la diminution des consommations énergétiques dans un souci économique, écologique mais aussi de confort d’usage : isolation renforcée, apports solaires et éclairage naturels optimisés, production d’électricité par panneaux photovoltaïques, récupération d’eau de pluie des toitures, production de chaleur centralisée par bloc d’appartements, ventilation double flux avec récupération de chaleur, etc.

Quant aux toitures plates du parking couvert, situées entre les logements, elles seront entièrement dédiées à des jardins partagés.

Un rayonnement régional pour 2023

Le site Gastronomia est un lieu privilégié à proximité immédiate de la nouvelle Cité Administrative, du siège social de la société John Cockerill ou encore du nouveau bâtiment Neocittà et du parc Bernard Serin. Très accessible en transports en commun (bus, train et future arrivée du tram) et à deux pas de la sortie d’autoroute de la dorsale wallonne, la situation favorise un développement qui rayonnera au-delà des frontières sérésiennes.
C’est à l’horizon 2023 que le projet devrait voir le jour. Une première phase de chantier inclut la halle Gastronomia en priorité et l’immeuble de coin avec la Rue Cockerill.

Le projet du Val Saint-Lambert remporte le MAPIC Award 2019

20 Nov , 2019 dans Le Master Plan

Le projet du Val Saint-Lambert remporte le MAPIC Award 2019

Le projet du Val Saint-Lambert, en concurrence avec 111 autres dossiers, a remporté le MAPIC Award du Meilleur Développement Commercial du Futur le 14 novembre dernier à Cannes.

La 25e édition du MAPIC, ou le salon de l’immobilier commercial, s’est tenu au Palais des Festivals de Cannes du 13 au 15 novembre dernier. Ce rendez-vous annuel, réservé aux acteurs de l’immobilier commercial, a pour objectif de notamment récompenser le meilleur village de marques, la meilleure régénération commerciale de centre-ville ou encore le meilleur projet de centre commercial.

Un événement d’envergure qui a accueilli près de 8.500 participants internationaux, dont plus de 2.500 promoteurs immobiliers et propriétaires de centres commerciaux ainsi que plus de 2.100 enseignes, et qui a permis aux projets présentés de bénéficier d’une visibilité importante. En effet, durant ces trois jours de meeting, investisseurs, concepteurs, enseignes ou encore architectes ont eu l’occasion de se croiser, de discuter et de découvrir les propositions de chacun ; à l’instar du promoteur du Val Saint-Lambert de Seraing, Pierre Grivegnée, dont le projet était cette année en lice pour le MAPIC Award du Meilleur Développement Commercial du Futur.

Un prix important qu’il a remporté le 14 novembre dernier face à 111 autres projets issus de 33 pays différents. Les 12 membres du jury international ont tout d’abord sélectionné quatre candidats avant de se positionner et de départager les finalistes (Irlande, Chine, Espagne et Val Saint-Lambert). Ensemble, ils ont choisi de récompenser le Val Saint-Lambert pour son approche innovante, intégrant les nouvelles tendances en mixant les fonctions, plaçant le loisir et l’expérience au centre et en optant résolument pour une gestion énergétique et environnementale du futur.

Une fabuleuse reconnaissance

« Ce MAPIC AWARD pour le Val St Lambert, c’est d’abord une fabuleuse reconnaissance de notre travail par le secteur immobilier consacrant ici un projet atypique et innovant, qui a compris les changements en marche ; c’est aussi une véritable visibilité internationale dont le Val Saint-Lambert tirera assurément avantages », commente Pierre Grivegnée. Une victoire qui met bien évidemment en lumière le travail effectué depuis dix ans par les responsables de ce projet sérésien. Pour rappel, il allie un développement commercial sur le site des anciennes cristalleries du Val Saint Lambert avec un vaste pôle de loisirs intérieurs et extérieurs, un programme de logements d’environ 450 unités, des bureaux, la nouvelle cristallerie, un hôtel et le pôle de séminaires et d’événements de Châteauform’.

Outre la rénovation du château et de l’abbaye du Val Saint-Lambert et les travaux d’assainissements réalisés par la SPAQuE, c’est maintenant la phase de construction qui a débuté ce 18 novembre avec la rénovation des anciens bâtiments industriels du XIXe  siècle. Le projet a été profondément remanié pour conserver ses splendides vestiges industriels qui ont fait la réputation du site mais qui sont à l’abandon depuis plus de 50 ans.

Parallèlement, le projet se veut à la pointe de la technologie grâce à un partenariat avec John Cockerill Energy. Le Val Saint Lambert Free Time Park sera alimenté en électricité verte par la centrale énergétique cogénération fournie par John Cockerill. A l’instar de l’installation pilote MiRIS déployée sur le site sérésien de John Cockerill, cette centrale sera composée de systèmes de production photovoltaïque, de solutions de stockage de l’énergie produite et d’un EMS (Energy Management System), véritable cerveau de l’installation, qui optimise automatiquement l’usage fait de l’électricité (stockage, consommation ou réinjection sur le réseau). Ce projet s’inscrit dans la droite ligne de la mission que John Cockerill s’est fixée : répondre aux besoins de son temps, et notamment faciliter l’accès aux énergies renouvelables.

Parc Trasenster : la première phase est lancée

13 Nov , 2019 dans Le Master Plan

Parc Trasenster : la première phase est lancée

Le conseil communal de la Ville de Seraing a approuvé ce mardi 12 novembre le lancement de la première phase de la procédure des marchés publics dans le cadre du projet de rénovation du parc de Trasenster. Le secteur privé peut dorénavant marquer son intérêt pour le développement du site.

Le projet de rénovation du parc de Trasenster fait partie intégrante du Master Plan et a pour vocation de redynamiser le centre d’Ougrée. Doté d’un potentiel de développement important, son emplacement stratégique – à proximité de la N90 et N63, de la ligne 125A, d’arrêts de bus ou encore d’un pôle culturel prochain – lui permet de directement impacter les nombreux étudiants de la région de Seraing et de Liège. Rappelons quand même que l’Université de Liège accueille près de 23.000 étudiants, que les Hautes Ecoles de la Cité du Fer représentent 7.500 étudiants et que les formations qualifiantes sont suivies par près de 36.000 étudiants. Une zone à haut potentiel !

En terme de structure, le projet du parc de Trasenster prévoit notamment l’ouverture du parc du même nom à la population (il a jusqu’ici toujours été privatisé), la construction, au sein de ce même espace vert, de logements pour étudiants et jeunes adultes (+/-300 logements avec phasage), ainsi que la mise en place d’espaces communs, de lieux de restauration ou encore la transformation du Château de Trasenster afin de lui donner une fonction particulière.

Un dossier important pour le futur de Seraing, qui a été développé sur son territoire avant d’évoluer encore davantage grâce à son passage au Mipim de cette année, et qui est enfin prêt à rentrer dans une certaine phase de concrétisation.

« Le dossier est actuellement dans une procédure de marchés publics, à l’instar de ce qui a déjà été réalisé pour Gastronomia. En d’autres termes, nous lançons maintenant une procédure concurrentielle avec publicités qui se déroulera en deux phases bien distinctes. La première, qui nous intéresse actuellement, nous permet de demander aux secteurs prives de marquer leur intérêt sur ce projet », a expliqué l’Echevine en charge des Marchés Publics, Laura Crapanzano, lors du conseil communal de ce mardi 12 novembre. « A ce stade, le partenaire privé intéressé devra constituer une équipe pluridisciplinaire avant de simplement marquer son intérêt dans le courant du mois de novembre. Les responsables du projet analyseront les candidatures avant de procéder à la sélection officielle des candidats. »

Une phase de sélection, suivie d’une phase de soumission qui permettra aux partenaires privés de déposer un projet d’ici décembre 2019, voire janvier 2020. Des négociations devraient alors se dérouler dans le courant du printemps 2020 et permettre aux responsables du dossier d’attribuer le contrat à l’un des candidats durant le mois de juin 2020 (les dates ne sont pas exhaustives et sont susceptibles d’être modifiées).

Le partenaire privé qui sera désigné devra donc acquérir le parc et s’occuper de sa gestion. Il sera également responsable des logements qu’il devra créer ainsi que de la restauration et la transformation du Château de Trasenster qu’il louera.

Millésime Chocolat ouvre officiellement ses portes à Seraing

2 Oct , 2019 dans Commerce, Le Bourgmestre, Le Master Plan, Tourisme

Millésime Chocolat ouvre officiellement ses portes à Seraing

La Ville de Seraing accueille une enseigne de marque au rez-de-chaussée de Neocittà. La chocolaterie « Millésime Chocolat », plusieurs fois primée pour l’excellence de ses produits, ouvre officiellement ses locaux ce mercredi 2 octobre.

Suite à la crise sidérurgique qui a durement touché la Ville de Seraing et ses habitants, les autorités locales ont décidé de mettre en place un plan de requalification urbaine, qui avait pour objectif de relever la Cité du fer et d’en faire un pôle commercial, attractif et porteur de nouveaux emplois. Avec sa création, de nombreux projets d’envergure ont donc été étudiés et, parfois déjà, mis sur pied. On pense notamment à l’OM, les Ateliers Centraux, la nouvelle Cité administrative ou encore Gastronomia, pour ne citer qu’eux.

Près de 15 ans plus tard, on ne peut que constater les effets bénéfiques de la concrétisation de ce Master Plan. La Ville de Seraing est en constante mutation et son centre-ville a su se doter d’une nouvelle image beaucoup plus moderne avec la construction avant-gardiste de la Cité administrative ainsi que celle du siège de l’entreprise John Cockerill, la mise en place de Neocittà ou encore l’aménagement du parc Bernard Serin. Bientôt, elle pourra également se targuer d’avoir accueilli un tout nouveau projet au sein des halles Cockerill : Gastronomia. Pour rappel, il s’agit d’un concept qui s’oriente vers le développement durable appliqué au domaine alimentaire ou Slow Food ; ou comment adapter son alimentation pour consommer mieux.

Un concept logique avec la dynamique de Seraing

Un schéma de pensée pour le moins similaire à celui de la chocolaterie « Millésime Chocolat », un commerce d’excellence qui ouvre officiellement ses portes ce mercredi 2 octobre au rez-de-chaussée du bâtiment Neocittà. « Je suis particulièrement satisfait de voir que cette grande surface commerciale a enfin trouvé preneur dans ce magnifique bâtiment qu’est Neocittà ! J’espère que les occupants y seront heureux et qu’ils y resteront longtemps. Je suis également heureux de voir s’installer à Seraing une marque qui véhicule des valeurs comme celles de ce chocolatier d’excellence. Ces valeurs sont celles du respect de la tradition et de l’environnement, de la transparence, mais également du commerce équitable.  Des valeurs qui me tiennent particulièrement à cœur », souligne le Bourgmestre, Francis Bekaert. Un avis notamment partagé par l’Echevine du Commerce.

« Je suis vraiment comblée par cette ouverture. La réputation de cette manufacture liégeoise n’est plus à faire et sa venue sur le territoire sérésien est un véritable atout pour le redéploiement de la Ville. De plus, l’inauguration de ce commerce s’inscrit pleinement dans la dynamique que Seraing développe maintenant depuis de nombreuses années. C’est également une suite logique par rapport à l’ouverture prochaine de Gastronomia qui prône une alimentation de qualité ; à l’instar de cette chocolaterie qui n’utilise que des fèves de cacao d’exception », indique Déborah Géradon. « On sait maintenant que la dynamique mise en place par Seraing continue de se développer, tout comme la logique de notre ville. Une chose est sûre, la venue de « Millésime Chocolat » est vraiment encourageante pour le développement de notre centre urbain et cela prédit un excellent futur pour le centre-ville sérésien. »

D’autre part, la présence du commerce sur le territoire de la Cité du Fer pourrait également s’avérer extrêmement bénéfique pour son tourisme. « Le tourisme à Seraing est en plein développement. Nous avons la chance de compter le prestigieux site du Val Saint-Lambert, nos forêts remarquables et leurs très belles promenades ainsi qu’un cœur historique en pleine valorisation. Seraing manquait simplement d’un produit de bouche qui reflèterait son dynamisme et sa modernité et c’est maintenant chose faite », poursuit Alain Onkelinx, l’Echevin du Tourisme. « Je souhaite donc dorénavant la bienvenue à « Millésime Chocolat », dans notre belle commune et espère d’ores et déjà que nous pourrons travailler ensemble à la revalorisation de notre ville auprès de ses propres citoyens et de ses visiteurs extérieurs. Après tout, quoi de mieux que le chocolat pour les attirer entre nos murs et leur faire découvrir toute notre richesse ? »

Avec l’ouverture de ce chocolatier d’exception, la Ville de Seraing espère faire plaisir à un large public et prouve une nouvelle fois qu’elle ne cesse de poursuivre son développement territorial, économique et social.

 

Bilan positif pour la 3e édition du festival Use-In à Seraing

29 Août , 2019 dans Festivités, Gastronomia, Vivre en ville

Bilan positif pour la 3e édition du festival Use-In à Seraing

La troisième édition du festival Use-In s’est clôturée en beauté ce dimanche 25 août dans les anciennes halles de Cockerill. Après plus de 10 semaines de festivités, l’événement a été un véritable succès puisqu’il a rassemblé plus de 10.000 personnes.

Le festival Use-In a eu lieu du  22 juin au 25 août dans les anciennes halles de Cockerill destinées à accueillir en 2024 le futur projet de Gastronomia. A l’occasion de cette troisième édition, la régie communale autonome sérésienne, Eriges, en collaboration avec la Ville de Seraing, a permis à plus de 10.000 visiteurs de profiter d’une offre culturelle et artistique particulièrement large et totalement gratuite durant tout l’été.

Ainsi, le festival a débuté au rythme de la musique électronique grâce au DJ Marco Bailey, avec la complicité du collectif LINK. Le 15 août dernier, il a également accueilli les deux références boîtes techno de Belgique, le Fuse et Kompass, qui ont su attirer près de 2000 personnes venues des quatre coins du royaume.

L’événement sérésien a également permis au collectif belgo-français Outrance de redécorer les halles aux couleurs de la psy-trans, tandis que le groupe liégeois Plastique Hibou, lui-même associé aux Bruxellois de Deep In House, a offert une affiche de grande qualité avec DMX-KREW et I-F pour vibrer une dernière fois dans ce lieu magique lors du week-end de clôture. Dans le but de toujours proposer une offre éclectique de qualité, Use-In a également accueilli du Hip-Hop associé à une jam de graffiti : les jeunes et prometteurs talents de Hip Hop Horay, les étonnants Choolers et les excellents Lord et Hardy. Le week-end du 21 juillet dernier était, quant à lui, placé sous le signe du rock’n roll avec notamment la venue de danseurs de rockabily, la présentation de motos et voitures américaines ainsi que la présence de groupes de la scène internationale rock’n roll.

Au-delà de l’aspect festif et du divertissement, le festival a également misé sur le côté humain en ayant notamment permis à des « anciens de Cockerill » de témoigner sur leur vie professionnelle passée ou encore en permettant au « Théâtre de la Communauté » de partager le talent de ses acteurs amateurs en présentant deux de leurs pièces. Mais ce n’est pas tout. Cette année, il a notamment fait la promotion d’une démarche écoresponsable par le bais de l’organisation de deux événements majeurs : Vintage au kilo et Slow Fashion. Concrètement, les ateliers de Slow Fashion ont permis d’apprendre des astuces pour fabriquer ses propres vêtements ou encore de les colorer aux pigments naturels. La vente de vêtements vintage au kilo a, quant à elle, permis à des centaines de personnes de se refaire une garde-robe à moindre coût.

Des festivités qui ont su ravir les participants et qui permettent aux organisateurs d’annoncer officiellement la mise en place d’événements de qualité dans le courant de l’année avant le retour d’une nouvelle édition de Use-in durant l’été 2020.

3,6 millions d’euros de subsides européens pour lutter contre la pauvreté à Seraing

7 Août , 2019 dans AREBS, Le Master Plan, Travaux

3,6 millions d’euros de subsides européens pour lutter contre la pauvreté à Seraing

La commission européenne a annoncé ce mardi qu’elle avait décidé d’octroyer un subside à hauteur de 3.631.812 euros (totalité du budget demandé, 80% de 4.539.765 euros) à la Ville de Seraing pour son projet UIA (Actions Innovantes Urbaines) « A place to be come ». Ce dernier, axé sur la lutte contre la pauvreté urbaine, est d’ailleurs le seul projet belge à avoir été sélectionné par l’Europe (20 élus sur 175 candidats ayant terminé un dossier de candidature) lors de cet appel et le premier projet wallon à être retenu depuis la mise en place de ce système de financement.

L’UIA (Actions Innovantes Urbaines) est une initiative de l’union européenne qui a lancé un appel à projets, destiné à des villes de plus de 50.000 habitants, et qui a pour objectif de mettre en place des actions innovantes répondant à des enjeux prédéfinis. C’est dans ce cadre que la Ville de Seraing a soumis, en janvier dernier, sa candidature  dans l’axe « lutte contre la pauvreté urbaine ».   Le projet,  intitulé « A place to be come » et centré sur le quartier de gare de Seraing-centre, propose un processus d’urbanisme inclusif et novateur.

Ce dernier se base sur un diagnostic du quartier de Seraing centre (réalisé dans le cadre du projet Npower, qui vise à soutenir des politiques de développement des quartiers en difficulté) qui met en avant un nombre important d’opportunités, notamment celles liées à la transformation du quartier (arrivée de la gare, réhabilitation des parcs et volonté d’en faire des zones pilotes en matière de gestion différenciée des espaces verts, projet de « quartier nouveau » sur le site du HF6).  Mais il  reprend aussi toutes les difficultés de ce même quartier : taux de chômage élevé, pauvreté, actes inciviques nombreux, cloisonnements physiques (voie ferrée) et sociaux.

Le projet a pour objectif principal l’inclusion sociale.  Le but est que chaque habitant actuel ou à venir se sente entendu et inclus dans les transformations du quartier et que chacun puisse tirer profit de ces dernières.  Le projet rassemble, à ce titre,  à la fois une dimension urbaine et sociale, alliant ainsi les priorités du master plan urbanistique et social de la ville.

Plus concrètement, les actions s’étaleront sur 3 ans à partir de septembre 2019.  L’union européenne  financera :

  • Des moyens humains supplémentaires pour :
    • Coordonner et soutenir les services sociaux et les associations du quartier, accompagner chaque habitant dans son parcours de vie et dans son implication dans les transformations urbaines ;
    • Former des personnes à la gestion différenciée des espaces verts, ce qui devient un besoin croissant au sein et en dehors du quartier ;
    • Engager du personnel supplémentaire sous contrat art 60 pour contribuer à l’entretien du quartier.
  • Des études pour :
    • Appréhender l’aménagement urbain afin de maximiser les connections intra- et inter-quartier et de permettre à tous de se sentir reconnus ;
    • Envisager dans quelle mesure le nudging* peut être un outil d’implication citoyenne et de lutte contre les incivilités au sein du quartier.
  • Des investissements et aménagements, socles du devenir des services publics notamment sociaux du quartier : la réhabilitation de la « rotonde ». Un bâtiment emblématique, à haute valeur architecturale et culturelle,  que le collège communal souhaite conserver sur le site du HF6.  L’objectif est que le rez-de-chaussée garde une affectation publique en lien avec les besoins sociaux et pédagogiques du quartier et les autres occupants à venir de l’immeuble ; la construction d’un tout nouvel abri de jour à hauteur du numéro 200 de la rue Ferrer. Ce bâtiment permettra le développement de services supplémentaires et mixtes à proximité de l’organisation ; la mise en place de nudges dans le quartier afin de soutenir les objectifs du projet.

L’ensemble de ces actions seront portées par 7 partenaires :

  • la Ville de Seraing (1.832.000 euros de l’Europe) portera notamment les investissements du projet ;
  • l’Arebs (avec 688.090 euros) gèrera entre autres le management, la coordination et la communication du projet ;
  • le CPAS de Seraing (166.400 euros) interviendra dans la coordination des services et l’accompagnement des personnes dans leur parcours de vie ;
  • l’ULiège (536.080 euros) et plus précisément le LEMA se chargera d’encadrer la démarche participative autour de l’urbanisme du quartier et fera des recommandations au niveau des liaisons dans et avec le quartier ;
  • Natagora (682 euros) formera et accompagnera les équipes communales et les personnes volontaires du quartier dans la gestion différentiée des espaces verts ;
  • Letsgocity (121.240 euros) interviendra dans la communication, notamment numérique ;
  • Psykolab (46.320 euros) réalisera un diagnostic complet en matière de nudging.

 

* La théorie du Nudge est un concept des sciences du comportement, de la théorie politique et d’économie issu des pratiques de design industriel, qui fait valoir que des suggestions indirectes peuvent, sans forcer, influencer les motivations, les incitations et la prise de décision des groupes et des individus, au moins de manière aussi efficace sinon plus efficacement que l’instruction directe, la législation ou l’exécution.

 

Les usines Cockerill au passé, présent et futur: APPEL A TEMOIGNAGES

8 Juil , 2019 dans Gastronomia, Loisirs - Culture

Les usines Cockerill au passé, présent et futur: APPEL A TEMOIGNAGES

Durant la période estivale, les halles bicentenaires Cockerill sont le théâtre d’événements variés dans le cadre du Festival Use-In. Concerts, cinéma, théâtre, brocante, feront revivre ce site d’exception, habituellement inaccessible au public.

A l’objectif de détente et d’amusement s’ajoute celui de la réappropriation d’un lieu au sein duquel s’est écrite une page importante de l’histoire de la région et de milliers de familles. Use-In constitue une magnifique opportunité de faire ressurgir les souvenirs de l’aventure sidérurgique et de ses métiers disparus. C’est également l’occasion d’apprécier l’avenir qui s’y construit avec une reconversion qui met l’eau à la bouche : Gastronomia, l’un des projets phares du Master Plan sérésien.

Le samedi 20 juillet, sur fond sonore de Rock’n Roll, venez participer au recueil de témoignages qui aura lieu entre 16h00 et 19h00 :
– souvenirs, histoires, anecdotes sur le passé des lieux,
– vécu et impressions sur les transformations en cours,
– attentes et aspirations quant aux projets futurs

Rejoignez-nous dans les halles de la rue Cockerill, entrée rue Jean Potier.
Bar, food trucks et bonne musique !

Le Festival Use In est un événement gratuit et accessible à tous.

Seraing citée comme exemple dans un guide méthodologique de la Commission européenne

13 Mai , 2019 dans La Cité administrative, Le Master Plan, Smart cities

Seraing citée comme exemple dans un guide méthodologique de la Commission européenne

La Commission européenne a officiellement publié, le 8 mai dernier, un guide méthodologique pour mettre en œuvre des plans urbains à développer dans le cadre des Smart Cities. Parmi les 161 pages présentes dans la brochure, deux pages sont entièrement dédiées à la construction de la Cité administrative de Seraing. 

Bonne nouvelle pour Seraing et pour son légendaire Master Plan ! La Ville, ou plutôt la Cité administrative sérésienne, a récemment été choisie pour servir d’exemple dans un guide basé sur la méthode à adopter dans le cadre du développement des Smart Cities. L’imposant bâtiment situé place Kuborn se trouve depuis le 8 mai dernier dans une brochure officielle rédigée par la Commission européenne (« Smart City guidance package for integrated planning and management »). Les pages 148 et 149 du guide de 161 pages y sont d’ailleurs entièrement consacrées.

La partie réservée à la Cité administrative de Seraing fait bien évidemment référence à la construction de ce bâtiment central de la ville, ses objectifs bénéfiques pour l’environnement et pour la population mais également au Master Plan, sans lequel il n’aurait jamais pu exister :

« L’Hôtel de Ville passif de Seraing fait partie d’une réflexion globale sur la requalification d’une zone de 800 hectares de la ville. Cette zone, durement frappée par la crise sidérurgique, a été le sujet d’un programme énorme, d’études d’une ampleur jamais vue auparavant en Belgique. Toutes les actions ont été menées par une étude urbanistique, dont le résultat a donné naissance, en 2006, au Master Plan de Seraing. Parmi les zones prioritaires identifiées, la renaissance du centre-ville et la construction d’un nouvel Hôtel de Ville ont été les premières étapes vers le redéploiement de la ville.

 La construction de cette nouvelle bâtisse a fait également partie d’un objectif de développement durable qui soutient les engagements pris par la Ville de Seraing dans le cadre de la Convention des Maires par son plan d’action climat, adopté en 2015, pour réduire les émission de CO2 de 20% avant 2020. C’est dans cette perspective que la Ville a opté pour la construction d’un bâtiment passif, complètement au point en matière de technologie, de domotique et de techniques de construction.

L’objectif principal est de réduire de 80% les consommations précédemment relevées dans le vieux bâtiment, consommatrices d’énergie disséminées dans la Ville. La Cité administrative de Seraing est le premier plus grand bâtiment public (6345 m2) à avoir été certifié « passif » en Wallonie. Il est implanté sur un espace public entièrement réaménagé. En plus des objectifs de sa construction, d’autres objectifs (possiblement adaptables à d’autres villes européennes) ont été atteints : un gain financier significatif pour des factures énergétiques réduites comparées à de vieilles installations, un lieu qui rassemble de nombreux services de la Ville, une facilité d’entretien et une opération de la construction, le commencement de la renaissance du centre-ville.

 La haute performance représente une économie de près de 40.200 euros par an, aussi bien qu’une émission évitée de 148 tonnes de CO2 par an comparé à un nouveau bâtiment qui respecte strictement les normes actuelles. La construction de la Cité administrative a fait l’objet d’un prêt de 10 millions d’euros contracté par la Ville de Seraing et partiellement financée par la Wallonie qui a investi 7,8 millions d’euros. »

Un historique et des explications utiles qui prouvent tout l’intérêt du Master Plan mais qui permettent notamment aux autorités communales de se réjouir quant à la manière dont la Ville de Seraing est citée comme exemple en matière de développement urbain.

Deux nouveautés pour le projet de l’Ecopark!

30 Avr , 2019 dans Développement territorial, Le collège communal, Le Master Plan

Deux nouveautés pour le projet de l’Ecopark!

Près d’un mois après l’annonce du vote favorable du collège communal en vue de la construction du parcours d’accrobranches prévu sur le site du Val Saint-Lambert, la Ville de Seraing annonce deux nouveautés avec l’arrivée du projet : les barrières initialement prévues pour entourer le site sont finalement supprimées et les personnes âgées de moins de 18 ans pourront accéder gratuitement au parcours d’accrobranches durant l’été prochain.

Le 5 avril dernier, le collège sérésien avait voté pour l’octroi du permis de construction du parcours d’accrobranches. Au vu des nombreuses réactions suscitées par cette nouvelle, la Ville de Seraing s’est réunie, à plusieurs reprises, avec la société chargée de la construction du parc de loisir sérésien (Ecopark Adventures) afin de respecter au mieux l’avis des citoyens. « Il est important de préciser aux habitants de Seraing que ce parc de loisir est un projet que je souhaite on ne peut plus transparent. Si une personne souhaite avoir des précisions sur le sujet, elle peut évidemment me les demander et je lui répondrai le plus clairement possible », souligne Déborah Géradon, l’échevine du Développement Territorial en charge du projet. « Il s’agit d’un excellent dossier, auquel je crois fermement, qui a un objectif ludique mais également éducatif tout en étant porteur d’emploi et un vecteur important pour le pôle dynamique de la Ville. »

Après de nombreuses réunions, deux nouveautés liées au projet ont été évoquées et présentées ce 29 avril au conseil communal. Ainsi, alors que le parcours d’accrobranches devait initialement être entouré de plusieurs barrières, il n’en sera finalement rien. Les auteurs de projet ainsi que les autorités communales ont décidé de ne pas encercler l’espace vert et de laisser une liberté d’accès au site naturel du Val Saint-Lambert. En parallèle à cette annonce, l’entreprise en charge du parc de loisir a également décidé de faire un geste de gratuité envers la population. Les Sérésiens âgés de moins de 18 ans auront, durant l’été prochain, la possibilité d’accéder gratuitement au parcours d’accrobranches.

Pour rappel, le parcours va être mis en place dans le fond du site du Val Saint-Lambert, en plein espace vert, où deux services différents seront proposés aux participants : une expérience « classique » composée d’un parcours d’accrobranches ainsi que d’un parcours complet de tyrolienne qui sera accessible dès l’âge de 7 ans ; et un parcours « légende » composé d’un parcours d’accrobranches aux filets qui permet un accès dès l’âge de 3 ans et qui sera accompagné d’une mise en scène des légendes de la forêt (troll, elfes). Si le premier aménagement ouvrira ses portes cet été, le second sera quant à lui accessible à partir du printemps 2020. Afin de respecter l’environnement, l’entreprise  Ecopark Adventures n’a pas hésité à travailler avec la Division Nature et Forêts – Wallonie (DNF). Cette dernière a également veillé à la sauvegarde de l’habitat des oiseaux et des chauves-souris, à l’aide d’ARIES Consultants (un bureau d’études et de conseil en environnement et développement durable parmi les plus reconnus du secteur). Et si le parcours d’accrobranches a surtout pour objectif de donner du plaisir à ses participants, il servira également de support pédagogique puisque la Ville de Seraing s’en servira pour sensibiliser de nombreuses personnes à la nature. Un projet ludique et instructif qui ne nuira pas à la tranquillité des riverains puisque l’accès ne se fera pas dans leur rue mais bien à l’arrière de la maison Deprez. Une séance d’informations et de questions/réponses sera d’ailleurs prochainement organisée par la Ville et par les représentants de la société Ecopark pour les pêcheurs et les Sérésiens habitant les alentours.