Pages Menu

Tours de Jemeppe

Ces deux bâtiments construits à l’aube des années 60, bénéficient d’une excellente accessibilité et visibilité.

Ils profitent d’une situation idéale en entrée de ville, au pied de l’autoroute (Liège, Bruxelles, Paris, Aachen et Maastricht), au cœur de la gare multimodale (bus, train, vélo, et tram à terme), à 300 mètres de la gare de Jemeppe, mais aussi 5 minutes de l’aéroport et de la gare TGV Calatrava de Liège.

Ces multiples atouts en font un site des plus intéressants pour l’implantation d’une zone de police.  Le projet est dès à présent à l’étude.

2011_ToursDeJemeppe_Aerienne_Avant

Seraing citée comme exemple dans un guide méthodologique de la Commission européenne

13 Mai , 2019 dans La Cité administrative, Le Master Plan, Smart cities

Seraing citée comme exemple dans un guide méthodologique de la Commission européenne

La Commission européenne a officiellement publié, le 8 mai dernier, un guide méthodologique pour mettre en œuvre des plans urbains à développer dans le cadre des Smart Cities. Parmi les 161 pages présentes dans la brochure, deux pages sont entièrement dédiées à la construction de la Cité administrative de Seraing. 

Bonne nouvelle pour Seraing et pour son légendaire Master Plan ! La Ville, ou plutôt la Cité administrative sérésienne, a récemment été choisie pour servir d’exemple dans un guide basé sur la méthode à adopter dans le cadre du développement des Smart Cities. L’imposant bâtiment situé place Kuborn se trouve depuis le 8 mai dernier dans une brochure officielle rédigée par la Commission européenne (« Smart City guidance package for integrated planning and management »). Les pages 148 et 149 du guide de 161 pages y sont d’ailleurs entièrement consacrées.

La partie réservée à la Cité administrative de Seraing fait bien évidemment référence à la construction de ce bâtiment central de la ville, ses objectifs bénéfiques pour l’environnement et pour la population mais également au Master Plan, sans lequel il n’aurait jamais pu exister :

« L’Hôtel de Ville passif de Seraing fait partie d’une réflexion globale sur la requalification d’une zone de 800 hectares de la ville. Cette zone, durement frappée par la crise sidérurgique, a été le sujet d’un programme énorme, d’études d’une ampleur jamais vue auparavant en Belgique. Toutes les actions ont été menées par une étude urbanistique, dont le résultat a donné naissance, en 2006, au Master Plan de Seraing. Parmi les zones prioritaires identifiées, la renaissance du centre-ville et la construction d’un nouvel Hôtel de Ville ont été les premières étapes vers le redéploiement de la ville.

 La construction de cette nouvelle bâtisse a fait également partie d’un objectif de développement durable qui soutient les engagements pris par la Ville de Seraing dans le cadre de la Convention des Maires par son plan d’action climat, adopté en 2015, pour réduire les émission de CO2 de 20% avant 2020. C’est dans cette perspective que la Ville a opté pour la construction d’un bâtiment passif, complètement au point en matière de technologie, de domotique et de techniques de construction.

L’objectif principal est de réduire de 80% les consommations précédemment relevées dans le vieux bâtiment, consommatrices d’énergie disséminées dans la Ville. La Cité administrative de Seraing est le premier plus grand bâtiment public (6345 m2) à avoir été certifié « passif » en Wallonie. Il est implanté sur un espace public entièrement réaménagé. En plus des objectifs de sa construction, d’autres objectifs (possiblement adaptables à d’autres villes européennes) ont été atteints : un gain financier significatif pour des factures énergétiques réduites comparées à de vieilles installations, un lieu qui rassemble de nombreux services de la Ville, une facilité d’entretien et une opération de la construction, le commencement de la renaissance du centre-ville.

 La haute performance représente une économie de près de 40.200 euros par an, aussi bien qu’une émission évitée de 148 tonnes de CO2 par an comparé à un nouveau bâtiment qui respecte strictement les normes actuelles. La construction de la Cité administrative a fait l’objet d’un prêt de 10 millions d’euros contracté par la Ville de Seraing et partiellement financée par la Wallonie qui a investi 7,8 millions d’euros. »

Un historique et des explications utiles qui prouvent tout l’intérêt du Master Plan mais qui permettent notamment aux autorités communales de se réjouir quant à la manière dont la Ville de Seraing est citée comme exemple en matière de développement urbain.

Deux nouveautés pour le projet de l’Ecopark!

30 Avr , 2019 dans Développement territorial, Le collège communal, Le Master Plan

Deux nouveautés pour le projet de l’Ecopark!

Près d’un mois après l’annonce du vote favorable du collège communal en vue de la construction du parcours d’accrobranches prévu sur le site du Val Saint-Lambert, la Ville de Seraing annonce deux nouveautés avec l’arrivée du projet : les barrières initialement prévues pour entourer le site sont finalement supprimées et les personnes âgées de moins de 18 ans pourront accéder gratuitement au parcours d’accrobranches durant l’été prochain.

Le 5 avril dernier, le collège sérésien avait voté pour l’octroi du permis de construction du parcours d’accrobranches. Au vu des nombreuses réactions suscitées par cette nouvelle, la Ville de Seraing s’est réunie, à plusieurs reprises, avec la société chargée de la construction du parc de loisir sérésien (Ecopark Adventures) afin de respecter au mieux l’avis des citoyens. « Il est important de préciser aux habitants de Seraing que ce parc de loisir est un projet que je souhaite on ne peut plus transparent. Si une personne souhaite avoir des précisions sur le sujet, elle peut évidemment me les demander et je lui répondrai le plus clairement possible », souligne Déborah Géradon, l’échevine du Développement Territorial en charge du projet. « Il s’agit d’un excellent dossier, auquel je crois fermement, qui a un objectif ludique mais également éducatif tout en étant porteur d’emploi et un vecteur important pour le pôle dynamique de la Ville. »

Après de nombreuses réunions, deux nouveautés liées au projet ont été évoquées et présentées ce 29 avril au conseil communal. Ainsi, alors que le parcours d’accrobranches devait initialement être entouré de plusieurs barrières, il n’en sera finalement rien. Les auteurs de projet ainsi que les autorités communales ont décidé de ne pas encercler l’espace vert et de laisser une liberté d’accès au site naturel du Val Saint-Lambert. En parallèle à cette annonce, l’entreprise en charge du parc de loisir a également décidé de faire un geste de gratuité envers la population. Les Sérésiens âgés de moins de 18 ans auront, durant l’été prochain, la possibilité d’accéder gratuitement au parcours d’accrobranches.

Pour rappel, le parcours va être mis en place dans le fond du site du Val Saint-Lambert, en plein espace vert, où deux services différents seront proposés aux participants : une expérience « classique » composée d’un parcours d’accrobranches ainsi que d’un parcours complet de tyrolienne qui sera accessible dès l’âge de 7 ans ; et un parcours « légende » composé d’un parcours d’accrobranches aux filets qui permet un accès dès l’âge de 3 ans et qui sera accompagné d’une mise en scène des légendes de la forêt (troll, elfes). Si le premier aménagement ouvrira ses portes cet été, le second sera quant à lui accessible à partir du printemps 2020. Afin de respecter l’environnement, l’entreprise  Ecopark Adventures n’a pas hésité à travailler avec la Division Nature et Forêts – Wallonie (DNF). Cette dernière a également veillé à la sauvegarde de l’habitat des oiseaux et des chauves-souris, à l’aide d’ARIES Consultants (un bureau d’études et de conseil en environnement et développement durable parmi les plus reconnus du secteur). Et si le parcours d’accrobranches a surtout pour objectif de donner du plaisir à ses participants, il servira également de support pédagogique puisque la Ville de Seraing s’en servira pour sensibiliser de nombreuses personnes à la nature. Un projet ludique et instructif qui ne nuira pas à la tranquillité des riverains puisque l’accès ne se fera pas dans leur rue mais bien à l’arrière de la maison Deprez. Une séance d’informations et de questions/réponses sera d’ailleurs prochainement organisée par la Ville et par les représentants de la société Ecopark pour les pêcheurs et les Sérésiens habitant les alentours.

Le parc des Marêts fait peau neuve!

11 Avr , 2019 dans AREBS, Le Master Plan

Le parc des Marêts fait peau neuve!

Dans le cadre du projet N-POWER, la Ville de Seraing a organisé un tournoi de pétanque et de football qui ont respectivement eu lieu les 6 et 10 avril derniers au parc des Marêts. Deux événements sportifs qui ont été mis en place dans le but d’inaugurer les améliorations apportées ces dernières semaines au site.

En 2018, la Ville de Seraing et l’AREBS (l’association de redéploiement économique du bassin sérésien) ont pris part au projet N-POWER qui vise à soutenir des politiques de développement des quartiers plus innovantes, permettant à des villes de l’Eurégio-Meuse-Rhin de réintégrer les quartiers en difficulté et leur population dans une dynamique urbaine positive.  Dans le cadre de ce projet, les onze partenaires (l’AREBS, les villes de Seraing, Liège, Genk, Aachen, Eupen, Verviers, Herleen, l’ULiège, l’UHasselt et la Zuyd Hogeschool) ont pour mission de mettre en place des améliorations, en concertation avec les habitants des quartiers, visant certains endroits spécifiques et ce, dans le but de réduire les inégalités environnementales entre les quartiers tout en revitalisant leur économie par la création de nouvelles activités et de nouveaux emplois locaux.

A Seraing, les responsables sérésiens du projet ont décidé de lier le projet N-POWER au Master Park en s’occupant du réaménagement des parcs Morchamps et des Marêts. S’ils disposent d’un budget total de 120.000 euros pour financer les activités et les installations prévues dans les deux espaces verts, ils pourront toujours trouver d’autres moyens de financement en collaborant avec les porteurs de projet. Pour l’heure, l’AREBS, les services communaux et diverses associations ont commencé à s’intéresser à la modification du parc des Marêts. En décembre dernier, ils ont donc fait le nécessaire pour rassembler les habitants du quartier afin de connaitre leurs souhaits pour réaménager le site sérésien. Si plusieurs demandes ont été formulées, deux d’entre elles ont particulièrement retenu l’attention : les remises en état des terrains de pétanque et du terrain de football. Des propositions qui ont donc été utilisées pour mettre en place les installations nécessaires à la concrétisation des demandes des riverains.

Et c’est maintenant chose faite ! Afin d’inaugurer les nouveaux aménagements du parc, la Ville a organisé deux événements sportifs auxquels de nombreuses personnes ont participé. Si un tournoi de pétanque a eu lieu le 6 avril dernier, de 14h00 à 18h00, un tournoi de football a été mis en place ce mercredi après-midi de 14h00 à 18h00. De quoi faire plaisir aux organisateurs et aux Sérésiens qui ont pu admirer les changements entrepris.

Le parcours d’accrobranches du Val Saint-Lambert ouvrira ses portes cet été

5 Avr , 2019 dans Développement territorial, Le Master Plan

Le parcours d’accrobranches du Val Saint-Lambert ouvrira ses portes cet été

Après avoir reçu l’accord de la région wallonne, le collège sérésien, notamment composé de l’échevine du Développement Territorial, Déborah Géradon, a officiellement voté vendredi matin pour l’obtention du permis de construction du parcours d’accrobranches prévu sur le site du Val Saint-Lambert. L’ouverture est prévue pour l’été prochain.

Bonne nouvelle pour Seraing : une autre étape du Master Plan vient d’être franchie ! Annoncé depuis de nombreuses années, un des projets du Val Saint-Lambert est sur le point de se concrétiser. Après avoir reçu l’accord de la région wallonne, le collège sérésien a voté ce vendredi matin pour l’octroi du permis de construction du parcours d’accrobranches. Pour rappel, un parc de loisirs va être mis en place dans le fond du site du Val Saint-Lambert, en plein espace vert, où deux services différents seront proposés aux participants : une expérience « classique » composée d’un parcours d’accrobranches ainsi que d’un parcours complet de tyrolienne qui sera accessible dès l’âge de 7 ans ; et un parcours « légende » composé d’un parcours d’accrobranches aux filets qui permet un accès dès l’âge de 3 ans et qui sera accompagné d’une mise en scène des légendes de la forêt (troll, elfes). Si le premier aménagement ouvrira ses portes cet été, le second sera quant à lui accessible à partir du printemps 2020.

 

La société Ecopark Adventures se chargera de la construction du parc de loisir et avait déjà apposé sa signature sur le bail pour occuper une partie des bois du lieu emblématique sérésien dans le but d’y implanter le matériel nécessaire. Afin de respecter l’environnement, l’entreprise n’a pas hésité à travailler avec la Division Nature et Forêts – Wallonie (DNF). Cette dernière a également veillé à la sauvegarde de l’habitat des oiseaux et des chauves-souris, à l’aide d’ARIES Consultants (un bureau d’études et de conseil en environnement et développement durable parmi les plus reconnus du secteur). Et si le parcours d’accrobranches a surtout pour objectif de donner du plaisir à ses participants, il servira également de support pédagogique puisque la Ville de Seraing s’en servira pour sensibiliser de nombreuses personnes à la nature. Un projet ludique et instructif qui ne nuira pas à la tranquillité des riverains puisque l’accès ne se fera pas dans leur rue mais bien à l’arrière de la maison Deprez. Une séance d’informations et de questions/réponses sera d’ailleurs prochainement organisée par la Ville et par les représentants de la société Ecopark pour les pêcheurs et les Sérésiens habitant les alentours.

Avec l’obtention de ce permis, Ecopark Adventures a dorénavant l’autorisation de démarrer les aménagements nécessaires pour la mise en place du parc de loisirs. Ceux-ci devraient débuter dans les prochaines semaines pour une ouverture dans le courant de cet été. A noter qu’il s’agit d’un des premiers permis obtenus dans le cadre du projet du Cristal Park et pour lequel l’échevine du Développement Territorial est très fière. Déborah Géradon tient d’ailleurs à rappeler l’intérêt de l’ensemble de ce projet porteur d’emploi et extrêmement important pour le pôle dynamique de la Ville de Seraing.

Bilan très positif pour le MIPIM : une vingtaine de rendez-vous sont déjà fixés

19 Mar , 2019 dans Développement territorial, Finances - Taxes, Le collège communal, Le Master Plan, Travaux

Bilan très positif pour le MIPIM : une vingtaine de rendez-vous sont déjà fixés

La semaine du 11 mars, la Ville de Seraing, représentée par l’échevine des Travaux et des Finances, Laura Crapanzano, Déborah Géradon, l’échevine du Développement territorial, et par deux membres de chez Eriges, s’est rendue au MIPIM de Cannes pour présenter ses projets phares. De retour de France, le bilan est extrêmement positif puisque la Ville a réussi à obtenir près de 20 rendez-vous avec les investisseurs en seulement deux jours !

Voilà bien des années que la Ville de Seraing participe annuellement au MIPIM de Cannes dans le but d’offrir la possibilité à ses différents participants d’avoir accès à un nombre important de projets de développement tout en leur permettant de développer leur propre réseau en recherchant divers partenaires. Et cette année n’a pas échappé à la règle puisque l’échevine des Travaux et des Finances, Laura Crapanzano, l’échevine du Développement territorial, Déborah Géradon, ainsi que deux membres de la régie communale Eriges se sont rendus dans le sud de la France pour deux journées de travail afin d’attirer les promoteurs et investisseurs dont le territoire sérésien a besoin pour poursuivre son bon développement.

Cette année, poursuivant la stratégie du Master Plan, les représentants de la Ville ont décidé de mettre à l’honneur le quartier d’Ougrée avec l’aménagement de Trasenster ainsi que la Tour à l’entrée de Seraing. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les projets présentés ont remporté un franc succès auprès des investisseurs. En l’espace de deux jours, 20 rendez-vous avaient déjà été fixés avec la Ville ! « L’objectif du salon est de garder nos objectifs ainsi que la philosophie des projets en faisant confiance à l’expertise des professionnels qui sont également sur place. L’échange est donc primordial », explique Laura Crapanzano. « Dans le cadre du projet de kots, nous souhaitons préserver notre patrimoine. Nous laissons donc la possibilité aux groupes intéressés de développer du logement pour jeunes sur le site de Trasenster ; en contrepartie, nous souhaitons qu’ils prennent en charge la rénovation du château mais également celle du parc », reprend Déborah Géradon, qui souligne que l’idée du projet est d’ouvrir le parc aux Sérésiens et de leur permettre de profiter de ce bijou auquel ils n’ont jamais eu accès.

Le projet de kots a parfaitement su attirer les investisseurs qui ont souligné la pertinence du projet notamment au regard des différents pôles de mobilité construits ou en phase de construction (ligne 125A, le possible tram, le parking) ainsi que par la présence d’un pôle culturel (notamment représenté par l’OM). L’intérêt pour les logements est tel que la Ville a réussi à décrocher une dizaine de rendez-vous. Ainsi, des investisseurs potentiels vont prochainement se déplacer pour visiter Seraing à la fois pour découvrir la ville et ses projets mais également pour mieux comprendre le Master Plan. Mais ce n’est pas tout puisque les représentants sérésiens vont également se déplacer pour visiter deux organisations en logements d’étudiants et ce, afin de pouvoir profiter de précieux conseils en la matière. En effet, les autorités communales seront très attentives à ce que l’implantation de kots étudiants s’intègre parfaitement dans l’habitat qui se trouve aux alentours pour éviter toute sorte de nuisance et représente, au contraire, une réelle plus-value pour le quartier.

La Tour de Jemeppe

En ce qui concerne la Tour de Jemeppe, le projet a également suscité de nombreuses marques d’intérêt notamment par la mixité de fonctions qui y sera présente, par son emplacement (elle sera située à l’entrée de la ville) mais également par son intégration dans le pôle de mobilité (elle se trouvera non loin des gares de bus et train mais également du possible tram). « L’expertise des professionnels nous a permis d’affiner le projet et d’ouvrir la possibilité d’une gestion locative partiellement publique ou encore de relever des questions techniques liés notamment à la production d’énergie du bâtiment », indiquent les échevines sérésiennes, qui sont rentrées de Cannes le sourire aux lèvres. « Gastronomia est l’exemple d’une concrétisation issue de précédents MIPIM (deux groupes déposeront une offre dans les prochaines semaines), ce rendez-vous annuel est une réelle opportunité à saisir pour l’avenir de Seraing. La participation professionnelle de la Ville à cet événement mondial de l’immobilier est reconnue par les acteurs du secteur qui, chaque année, voient que les projets que nous évoquons se réaliser rapidement et qui ont donc envie de croire à nos idées », concluent-elles.

Réalisation travaux dans le parc de Boncelles

29 Jan , 2019 dans Le Master Plan, Travaux

Réalisation travaux dans le parc de Boncelles

Les travaux pour la réalisation du parc de Boncelles sont en cours. Lors du chantier, quelques nuisances pourraient être observées (bruit, boue sur le ravel, accessibilité moins aisée). Ces travaux permettront, à terme, de créer un tout nouvel espace vert qualitatif et intergénérationnel pour tous les habitants du quartier. Nous remercions dès lors ceux-ci pour leur compréhension et nous réjouissons de l’ouverture prochaine de ce parc à l’horizon du printemps 2019.

Plan disponible en téléchargement

 

La réhabilitation du site des « Ateliers Centraux » a débuté

25 Jan , 2019 dans Le Master Plan, Travaux, Vivre en ville

La réhabilitation du site des « Ateliers Centraux » a débuté

Un pas supplémentaire vient d’être franchi concernant un des projets phares du Master Plan sérésien. La société spécialisée dans la réhabilitation de friches industrielles et de décharges s’est attaquée depuis peu aux Ateliers Centraux. Dans le cadre de la programmation FEDER 2014-2020, SPAQuE vient tout juste d’entamer la première étape des travaux de réhabilitation du site ougréen qui permettront, à terme, le développement du futur Boulevard urbain.

SPAQυE a débuté un nouveau chantier de réhabilitation sur le territoire de la Ville de Seraing. Depuis quelques jours, les ouvriers ont entamé le nettoyage ainsi que le désamiantage du sud des bâtiments des Ateliers centraux. Une fois ces travaux terminés, à savoir dans environ un mois, la déconstruction de l’arrière des Ateliers (côté Sud donc pas côté rue Ferdinand Nicolay) et des infrastructures de transport des gaz pourront commencer. Il est à noter que les matériaux issus de la déconstruction seront envoyés en centre de traitement ou en centre de valorisation.

Cet important chantier qui devrait durer environ quatre mois sera suivi par les investigations des sols sur les terrains dégagés, en ce compris la voie de chemin de fer entre la rue de Boncelles et la rue Henri Dunant (durée des travaux : un an), ainsi que par l’assainissement des sols (durée des travaux : un an également). Une fois ces travaux terminés, soit en juin 2021, le SPW pourra mettre en œuvre la nouvelle voirie.

 

Pour rappel, les Ateliers Centraux d’Ougrée feront à leur tour l’objet d’une profonde rénovation et reconversion qui profitera à l’ensemble du quartier de Trasenster et au retour du dynamisme économique et social.

La première phase de mutation du site prévoit la création d’un parking de 650 places dans la halle Est, l’aménagement d’une traversée piétonne dans la halle centrale et la création d’une passerelle piétonne/cycliste vers le parc de Trasenster.

Le projet de l’Eros Center est abandonné

11 Jan , 2019 dans Communiqués de presse, Le Master Plan

Le projet de l’Eros Center est abandonné

Après plusieurs années de controverses et d’incertitudes, l’Eros Center ne verra finalement pas le jour à Seraing. Une action menée auprès de la justice liégeoise et intentée par une association féministe a finalement eu raison du projet qui prônait pourtant une gestion plus sécurisée et efficace de la prostitution sur le territoire.

La construction de l’Eros Center de Seraing (renommé Centre de Prostitution Encadrée) est un sujet qui a fait fortement débat depuis son annonce. Pourtant, l’ancien bourgmestre de la Ville, Alain Mathot, a toujours mis un point d’honneur à défendre le projet en soulignant que la structure était un excellent moyen d’encadrer la prostitution et d’en faciliter son contrôle sur le territoire sérésien. Un avis partagé par la gestionnaire du projet (également administratrice déléguée de l’ASBL Geces chargée de la gestion de l’Eros), Alexandra Paparelli, et le nouveau bourgmestre, Francis Bekaert. Si l’inauguration de l’Eros Center était normalement prévue pour l’ultime trimestre de 2016, les travaux ont finalement pris du retard suite à des problèmes administratifs liés à l’éthique. Le début du chantier avait donc été repoussé au  printemps 2018 mais n’a tout de même pas eu lieu. Et pour cause, les 160 travailleuses des 80 salons de la rue Marnix n’auront finalement pas la possibilité d’être hébergées par le Centre de Prostitution Encadrée. La Ville de Seraing et l’ASBL Geces ont été dans l’obligation d’abandonner leur projet. « J’insiste sur le fait que nous ne nous détournons pas du problème au profit d’une cause meilleure. A aucun moment, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avions envisagé d’arrêter », commente Alexandra Paparelli. Contraints de stopper le développement de l’Eros Center suite à une action en justice intentée par une association féministe, la Ville de Seraing reste convaincue du bien-fondé du projet tel qu’il avait été envisagé au départ.

A présent, l’heure est à la réflexion quant à l’avenir de la prostitution sur le territoire. Celui-ci semble d’ailleurs compromis tant les installations actuelles sont dans un bien mauvais état. Le sort qui sera réservé aux salons de la rue Marnix fera donc l’objet d’une discussion au sein d’un conseil communal prochain.

Pour rappel

L’idée de la mise en place de l’Eros Center a vu le jour il y a maintenant huit ans pour faire face à la problématique de la prostitution sur le territoire sérésien. Il y a une dizaine d’années, une centaine de prostituées sont venues louer des chambres dans la rue Marnix suite à la fermeture de certains lieux consacrés à la prostitution à Liège. Une surpopulation qui a entrainé un sentiment d’insécurité auprès des citoyens et une situation d’inconfort pour les travailleuses. Pour faire face à cette problématique constante, les autorités communales avaient décidé de mener une réflexion, en collaboration avec le parquet de Liège et les ASBL de terrain, pour trouver des solutions. L’une d’elles étant la création d’un Eros Center. « Ce centre encadré était un bon moyen pour les filles de travailler dans un lieu sécurisé, de reconfigurer l’aide qui leur est proposée ainsi que de lutter contre le proxénétisme hôtelier et contre toute forme de criminalité liée à cette activité », indique la gestionnaire du projet. Le bâtiment devait dès lors prendre place à l’angle des rues Marnix et Bruno, sur le lieudit de « la Cour des Miracles ». Il devait s’étendre sur 2000 mètres carrés et devait accueillir 102 travailleuses et proposer 34 chambres au rez-de-chaussée, un bureau médical, un bureau de police, des locaux de détente, un parking de 50 places au sous-sol et un jardin de 350 mètres carrés pour le personnel ainsi qu’un parking de 4000 mètres carrés destinés aux clients. Dans le projet présenté, l’activité du centre devait être dissimulée aux usagers de la voirie par un système de brise vue composé d’un voile doubleau peau opalescent. De plus, une présence policière était également prévue en entrée de site depuis le parking.

La redynamisation du quartier d’Ougrée

25 Oct , 2018 dans Le Master Plan

La redynamisation du quartier d’Ougrée

La rénovation du bâtiment de l’OM en salle de concerts

La salle Ougrée-Marihaye, anciennement salle des fêtes de Cockerill, plus connue sous le nom de l’OM fait l’objet depuis plusieurs mois d’une complète rénovation et réhabilitation en salle de concerts. Ce projet pose la première pierre de la redynamisation du quartier de Trasenster à Ougrée.

Des débuts glorieux

Implanté le long de la Meuse, à l’angle du Quai Louva et de la rue de la Gare à Ougrée, ce vaste bâtiment de 4 niveaux, se remarque à plusieurs centaines de mètres. A la fois imposant, sobre et majestueux, le prestigieux édifice ne laisse pas indifférent, avec sa façade arrondie ornée de briques de verre et ses espaces intérieurs magnifiquement proportionnés.

Dessiné en 1948 par l’architecte liégeois Georges Dedoyard, également auteur des Bains de la Sauvenière à Liège, du pont-barrage de l’Ile Monsin, ou encore du Mémorial de la Bataille des Ardennes à Bastogne, l’édifice a accueilli de nombreux événements et manifestations populaires liées à la vie quotidienne des Sérésiens et plus largement des Liégeois.

Une réaffectation en salle de concert

C’est en référence à ce glorieux passé mais aussi face à la nécessité de compléter l’offre sur le territoire liégeois, en matière de salles de spectacles, que la Ville de Seraing a opté pour une réhabilitation de ce bâtiment en salle de concerts.

La surprenante capacité de l’ensemble permet la création d’une première salle « rock » pour l’accueil de 1.500 personnes (debout), complétée d’une seconde de 350 places pour des événements dans une ambiance plus intime. Un espace café-restaurant pourra en outre constituer un intervalle supplémentaire pour réceptions et expositions pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes.

Le tout sera secondé de locaux techniques et d’espaces de bureaux nécessaires au bon fonctionnement et à l’organisation des évènements.

Une rénovation dans le respect du passé

La rénovation suit son cours dans le respect du bâtiment, de son architecture et de son caractère d’origine, comme partie intégrante de l’histoire de Seraing.

La très belle façade entièrement nettoyée et débarrassée de l’épaisse couche de crasse accumulée au fil du temps, a révélé ses couleurs d’origine et notamment ses jolis pavés verts clairs.

 

L’intérieur fait, à son tour, l’objet d’une modernisation et mise aux normes actuelles en matière d’efficience énergétique et acoustique, de normes de sécurité et d’évacuation mais aussi de confort pour les futurs usagers et occupants.

Les lieux se sont en outre vus équipés de gaz et électricité, produits jadis par la cokerie.

 

Cette rénovation bénéficie du soutien de la Ville de Seraing et de la Province de Liège, sur proposition de Liège Europe Métropole.

Ça Balance : le programme d’aide au secteur musical – Installation à l’OM

 

Ça balance est le programme d’accompagnement musical mené par le Service Musique et Danse de la Province de Liège depuis 2002. Il propose des outils de développement professionnels aux groupes émergents qui présentent de la musique pop, rock, hip hop, électro, world, jazz et contemporaine. Parmi ces aides, Ça balance propose le suivi d’un musicien-conseil en vue de préparer l’enregistrement de titres en studio. Les groupes peuvent bénéficier de résidences (voix, textes, scène), d’ateliers thématiques et d’une aide à la promotion et à la diffusion en Belgique et à l’étranger (Suisse, France, Canada).

Afin de mener à bien ses missions, Ça balance s’appuie actuellement sur le soutien de salles partenaires qui mettent leurs infrastructures à sa disposition.

L’installation du Secteur Musique et Danse à la salle de l’O.M. à Seraing permettra à Ça balance de bénéficier d’un espace adapté à son offre de services.

Concrètement, des classes d’ensembles ou des cours individuels d’instruments permettront aux musiciens d’apprendre les bases théoriques et techniques de la musique. Les ateliers ‘workshops’ aborderont les sujets liés aux métiers de la musique et au développement économique du secteur.

Ça balance pourra bénéficier ponctuellement des trois salles de diffusion disponibles au sein du bâtiment pour y organiser ses résidences avec l’aide d’intervenants spécialisés. En outre, des concerts pourront être présentés au public afin que les groupes puissent mettre à profit les différents aspects travaillés lors de ces moments d’apprentissage.

Voilà autant d’outils professionnels offerts aux groupes dans ce nouvel écrin spécialement aménagé à cet effet…

Vu la forte demande et les besoins des groupes de musique vivante (essentiellement en jazz, world musique et musique classique), il est apparu opportun de profiter du déménagement du studio d’enregistrement de la Province de Liège à l’OM pour accroitre le nombre de rooms de une à quatre pièces, pour une superficie totale de 65m² (hors régie).

Ce studio sera donc clairement positionné et identifié comme pouvant accueillir des groupes dédiés au live.

De plus, chaque pièce sera équipée d’un système de caméra et un système de mélangeur vidéo en régie permettra d’offrir une carte postale audio-vidéo aux groupes s’y produisant. Ces équipements permettront ainsi de proposer une offre plus complète et favoriser la diffusion des artistes.

Un pôle culturel à rayonnement supra-communal

La renaissance de l’OM en salle de concerts constitue le point de départ d’une réflexion globale de reconversion des quartiers du bas d’Ougrée, en connexion avec les sites du Parc de Trasenster et celui des Ateliers Centraux.

Le Parc de Trasenster est un espace vert de +/- 40.000 m², en bordure duquel est implanté le bâtiment de l’OM.  Outre une végétation remarquable et notamment plusieurs arbres classés, on y trouve également l’ancien hôpital d’Ougrée. Celui-ci sera à son tour rénové pour y implanter l’académie de musique, école de danse et de chant ou encore l’institut de l’histoire ouvrière. Quant au Château de Trasenster implanté en plein cœur du parc, il fera également l’objet d’une rénovation dans le cadre d’un projet de logements pour étudiants que la ville envisage d’implanter au sein du parc. La proximité de l’ULiège et de plusieurs hautes écoles en font effectivement un endroit de choix.

Quant aux Ateliers Centraux, en amont du parc, ces anciennes halles industrielles de grande capacité, feront bientôt l’objet d’une profonde reconversion.

La première phase de reconversion du site consiste en une triple intention :

  • La création d’un parking de 650 places gratuites dans la halle Est. Ce dernier servira aussi bien de parking à l’usage du quartier et des diverses activités qui sont amenées à s’y implanter que de zone de délestage pour toute la région du Condroz, le parking sera en effet connecté à la ligne
  • L’aménagement d’une traversée piétonne dans la halle centrale. L’objectif étant de créer un lien entre le nouveau Boulevard Urbain, à l’arrière des Ateliers Centraux et la rue Ferdinand Nicolay située à l’avant.
  • La création d’une passerelle piétonne/cycliste dans la prolongation de la traversée de la halle centrale. Celle-ci offrira une connexion avec le parc de Trasenster situé en contrebas ainsi qu’un accès à la nouvelle gare d’Ougrée (Liège Guillemins en 6 minutes seulement !)

Cette première phase de redynamisation du quartier d’Ougrée sera en outre complétée du nouveau Boulevard Urbain qui passera à l’arrière des Ateliers et du début d’aménagement du parc de Trasenster avec l’ouverture en 2019 de la nouvelle salle de concerts et de coaching musical de l’OM (Ville/Province).

Dans une seconde phase d’intervention, 2 x 6.500 m² sont encore disponibles dans les halles Ouest et Sud des Ateliers Centraux pour l’implantation de futurs projets complémentaires, ainsi que 5.000 m² destinés à l’implantation de bureaux. La recherche d’investisseurs pour cette seconde mise en œuvre sera facilitée par le retour de l’attractivité générée par les premiers projets.

Selon une première estimation de planning, deux ans sont nécessaires pour les études, obtentions d’autorisations et désignations des entrepreneurs. Les travaux devraient ensuite durer deux ans et demi pour une finalisation fin 2022 /début 2023.

Les projets présentés constituent à ce stade une première esquisse à affiner en concertation avec le maître d’ouvrage.

Ces projets ont été financés par le FEDER et ont également reçu le soutien de la Province de Liège sur proposition de Liège Europe Métropole dans le cadre de son soutien à la mobilité et  à l’intermodalité provinciale.

La zone rendue plus attractive suite à ces investissements de grande ampleur fera ensuite l’objet d’appels à investisseurs et promoteurs privés pour une seconde phase de travaux, notamment 5.000 m² pour l’aménagement d’espaces de bureaux et 10.000 m² pour l’accueil de futurs projets complémentaires.

Pour en savoir davantage, une rencontre auteurs de projets/riverains sera organisée dans les prochaines semaines.

La rue Molinay se transforme !

12 Oct , 2018 dans Le Master Plan, Travaux

La rue Molinay se transforme !

Au cœur de la Vallée sérésienne, listé parmi les priorités du Master plan de la ville, le quartier montrait depuis plusieurs années des signes certains de déclin.  Il fallait intervenir…  C’est ainsi que depuis 2006, la ville de Seraing y poursuit une stratégie claire afin de le décloisonner, de le rendre plus convivial et d’y replacer des pôles d’emploi.

Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie : 3 évènements centraux au niveau du premier tronçon de la Rue Molinay  ont été officialisés ce 9 octobre lors de l’inauguration de la rue Molinay (tronçon entre la rue Carrière et la rue Puits-Marie).

1. Inauguration de la rue suite à sa réfection et la mise en place d’un semi-piétonnier arboré

Ou comment rendre la rue plus sûre et conviviale.

2. Lancement officiel de la mise en couleurs des façades

Ou comment égayer la rue tout en lui donnant du caractère.

3. Lancement d’un marché de travaux afin d’installer le siège central du CPAS en haut de la rue

Ou comment ramener du passage, des services et de l’emploi dans le quartier.

 

Le 9 octobre dernier, les autorités communales et les habitants de la rue ont pu assister à un coupé de ruban du Bourgmestre Alain Mathot et du Président du CPAS Francis Bekaert avant d’ouvrir le semi-piétonnier, suivi d’un coup de rouleau symbolique sur une façade du tronçon, jusqu’au dévoilement de la plaque annonçant la future installation du siège central du CPAS.

Une nouvelle étape qui prouve que le Molinay se transforme et bouge.  Et les projets sur le quartier devraient se poursuivre les prochaines années, certains étant déjà dans les cartons : rénovation de la Maison du Peuple, poursuite des projets de semi-piétonisation, réaménagement des parcs Morchamps et des Marêts en concertation avec les habitants du quartier, …

Le quartier du Molinay poursuit étape par étape sa dynamique de revitalisation.