Pages Menu
ATTENTION
Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigeur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.seraing.be/coronavirus. Find all the precautionary measures and the government policy to fight the coronavirus Covid-19, translated in 12 languages.

Les autorités mettent en garde les propriétaires d’animaux contre les épillets

Publié le 09-07-2020

Les épillets ont fait leur grand retour au printemps et seront de plus en plus nombreux cet été. A cette occasion, la Ville de Seraing appelle à la vigilance et souhaite rappeler les dangers causés par cet épi sec.

Avec le retour des beaux jours, un nouveau nuisible a fait son grand retour : les épillets. Cet épi sec est une partie de la fleur des graminées (une famille de plantes dont font notamment partie les céréales et les herbes) qui se détache de sa tige en séchant et qui peut « voyager » jusqu’à s’accrocher sur vos vêtements ou au poil de vos animaux de compagnie.

Si l’épillet n’a aucune conséquence pour l’homme, il représente un véritable danger pour les chiens et les chats. Il peut, en effet, s’incruster sous leur peau ou encore pénétrer leurs orifices et causer d’importants dommages pour leur santé.

Véritable fléau durant l’été, l’épillet est pourtant un danger auquel on pense peu. La Ville de Seraing, sous l’impulsion de l’Echevine en charge du Bien-Être animal, Julie Geldof, appelle donc à la vigilance et souhaite rappeler aux citoyens comment lutter contre cette dangereuse problématique.

 

Comment l’épillet menace-t-il votre animal ?

Lorsque que l’épillet se loge au niveau des coussinets, l’animal peut commencer à boiter et présenter une rougeur que le maître pourra facilement constater.

L’épi sec peut ainsi poursuivre son voyage interne et provoquer un abcès chez l’animal. La plaie n’est toutefois pas toujours très bien visible, notamment après quelques jours.

Si l’épillet pénètre dans un orifice et qu’il poursuit son voyage interne, il ne peut alors être détecté que par le biais d’examens complémentaires, tels qu’une échographie, une endoscopie ou une fibroscopie. Cela peut imposer une anesthésie de l’animal.

Il peut s’insérer dans n’importe quel orifice :

  • les oreilles et narines (très fréquemment) ;
  • les yeux ;
  • la vulve chez la chienne ;
  • le fourreau chez le mâle ;
  • l’anus, les sacs annaux…

 

Quels symptômes peuvent vous alerter ?

  • éternuements répétés, avec ou sans saignement de nez plus ou moins important ;
  • œil rouge, légèrement enflé ou larmoyant ;
  • secouement de tête de manière répétée ;
  • léchages excessifs ;
  • fièvre ;
  • abcès.

Il ne faut pas sous-estimer tout signe ou attitudes anormales chez le chien ou le chat qui peuvent apparaître même si rien n’est visible à l’œil nu. Toutefois, il est important de souligner qu’un épillet n’est pas toujours la cause d’un comportement étrange. De plus, les symptômes cités ci-dessus ne sont pas spécialement propres à sa présence dans le corps de l’animal. Dans le doute, il est donc impératif de demander l’avis d’un professionnel et de consulter rapidement votre vétérinaire.

 

Comment soigner votre chien ? Quels sont les traitements possibles ?

La présence d’un épillet peut avoir de lourdes conséquences pour votre animal. Comme expliqué ci-dessus, il ne faut absolument pas perdre de temps et consulter le plus tôt possible un vétérinaire. Vous éviterez ainsi les complications pour la santé de votre chien et vous limiterez les frais de consultation.

 

Quels sont les risques de séquelles ?

Les séquelles causées par un épillet sont nombreuses :

  • si l’épillet pénètre dans l’œil du chien, il peut altérer la cornée et provoquer un ulcère ;
  • s’il entre par le nez, il peut atteindre les voies respiratoires et endommager les bronches, la trachée et les poumons ;
  • s’il pénètre par les oreilles de votre chien, il peut entrainer une inflammation du conduit auditif provoquant une otite, ou encore perforer le tympan ;
  • s’il entre par les voies génitales, il peut entrainer une ulcération ou une vaginite chez une espèce féminine.

Il est donc essentiel d’agir rapidement. Pour ne rien arranger, l’épillet progresse très vite. En quelques jours, il peut avoir avancé au cœur des tissus et des organes de votre animal, causant toujours plus de dommages.

 

Quels sont les traitements possibles ?

Tout dépend de la localisation de l’épillet et de la rapidité de la prise en charge. Son retrait peut être très rapide et simple si vous consultez le vétérinaire à temps.

En revanche, s’il a commencé à faire des dégâts, des interventions plus ou moins importantes sont à envisager. De même, s’il est invisible, il faudra effectuer d’autres examens afin d’identifier la source du problème.

Un épillet qui pénètre entre les coussinets de votre chien peut être difficile à voir. En effet, il est possible que la plaie d’entrée se soit refermée et que seul un abcès soit visible ; celui-ci pourrait être dû à tout un tas de facteurs (blessure infectée, accroc, etc.). Dans ce cas, on ne pense pas toujours à suspecter un épillet, alors que ce dernier poursuit sa progression et ses ravages plus haut, dans la patte de votre chien.

 

Comment prévenir le danger de l’épillet ?

Il n’existe pas vraiment de solutions particulières, il faut simplement essayer de les éviter !

Pour ce faire, voici quelques conseils :

  • lorsque vous vous promenez dans les champs ou à proximité d’herbes hautes, gardez votre animal en laisse ;
  • après votre promenade, procédez à une inspection minutieuse de l’animal : la tête, les pattes, les organes génitaux, l’anus, le poil, les plis cutanés, etc ;
  • soyez particulièrement vigilant si votre chien a les oreilles tombantes ;
  • l’été, faites ou faites faire par le toiletteur une coupe appropriée. Préférez une coupe courte (surtout si votre chien a les poils longs ou frisés), retirez tous les nœuds qui se forment dans les poils, éliminez les poils des oreilles et des coussinets ;
  • assurez-vous d’éliminer tous les restes de tonte et les herbes sèches de votre jardin, car les épillets sont souvent présents dans les hautes herbes et les pelouses ;
  • enfin, au moindre signe suspect, consultez rapidement votre vétérinaire.