Pages Menu

Lutte contre des espèces invasives

Une plante invasive est une espèce non indigène qui, introduite accidentellement ou volontairement dans un milieu autre que le sien, va coloniser celui-ci, au point de nuire aux espèces endémiques présentes, voire de créer des problèmes de sécurité publique.

En tant que citoyen, il est donc important que vous surveilliez vos jardins et abords de terrain et preniez les mesures nécessaires en cas de détection de ce type d’individu, tout en prévenant l’administration communale (Service des Travaux au 04/330.86.94).

Aussi, à toutes fins utiles, les caractéristiques des trois plantes invasives principales présentes dans notre région sont reprises ci-après. A noter que des plants de berce du Caucase et de renouée du Japon ont déjà clairement été identifiés sur Seraing. Les ouvriers communaux mettent tout en œuvre pour les contenir et/ou les supprimer.

Pour toute information complémentaire, nous vous conseillons de consulter les documents suivants :

 

Sans titre 1Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum)

Caractéristiques:

  • A ne pas confondre avec la berce commune!
  • Hauteur: 2 à 4 mètres (2 mètres pour la berce commune)
  • Ombelle: plus de 50 rayons (30 pour la berce commune)
  • Feuilles: découpées et aspect brillant (feuilles plus arrondies et aspect mat pour la berce commune)

Moyen d’éradication:

Sectionner sa racine à 15-20 cm en dessous de la surface du sol (« la coupe sous le collet »), à l’aide d’une houe ou d’une bêche à bord tranchant. Puis la mettre en tas ou la détruire.

Période d’éradication:

En mai ou en juin (avant la production de graines sur la plante)

Répéter l’opération trois ou quatre semaines plus tard et plusieurs années consécutives.

Précaution :

ATTENTION, sa sève est photosensibilisante, et provoque de graves brûlures. Il est nécessaire de porter des lunettes de sécurité, gants et vêtements imperméables, et de nettoyer les outils utilisés à grandes eaux.

 

renouéjaponRenouée du Japon (Fallopia japonica ou Polygonum cuspidatum)

Caractéristiques:

  • Hauteur: entre 1 et 2,5 m
  • Rhizomes (15 à 20 m horizontalement et jusqu’à 7 m en profondeur)
  • Fleurs: blanc verdâtre, disposées en grappes
  • Tiges: robustes, légèrement striées et souvent tachetées de rouge

Moyen/période d’éradication:

A l’heure actuelle, aucune méthode n’a prouvé une entière efficacité. Les solutions présentées ci-dessous sont donc à appliquer avec précaution.

  • Arrachage précoce – avril/mai
  • Plantation de ligneux (sur cours d’eau et sites protégés) – en période de plantations
  • Installation d’une bâche très résistante – aucune période spécifique. A noter que la force de la renouée est telle qu’elle arrive à percer certaines bâches.
  • Excavation des terres contaminées et exportation en centre de traitement (sur zone à bâtir) – aucune période spécifique
  • Traitement chimique localisé (injection dans chaque tige) – mi-août à septembre et pulvérisation chimique – mi-août à septembre. A noter que l’utilisation des pesticides est de plus en plus restreinte. L’objectif des législations européenne et wallonne est d’arriver à une absence totale d’utilisation des produits phytosanitaires d’ici le 1er juin 2019.

Précaution :

Nettoyer tous les outils, ne pas faucher, ne pas faire de projection, ne pas abandonner les résidus, ne pas utiliser les terres ayant accueilli cette plante.

 

balsamineBalsamine de l’Himalaya (Impatiens glandulifera)

Caractéristiques:

  • Hauteur: jusqu’à 2,5 m
  • Tiges: de couleur rougeâtre
  • Feuilles: lancéolées à elliptiques, à bord denté
  • Fleurs: roses à violettes
  • Fruits: capsules d’environ 5 cm de long, de couleur verte
  • Système racinaire peu développé

Moyen d’éradication:

  • Fauche (en-dessous du premier nœud de la tige) – renouveler l’opération une 2ème fois trois semaines plus tard, puis une 3ème fois (la première année). Intervention à réaliser plusieurs années consécutives
  • Arrachage des plants mal fauchés

Période d’éradication:

Mi-juin à mi-juillet ainsi que six semaines plus tard, à répéter pendant trois ans.

Précaution:

Ne pas planter, semer ni distribuer. Ne pas débroussailler au-dessus du premier nœud, Ne pas composter. Ne pas déplacer les terres contaminées,…

Convaincue par les produits biotechnologiques de Doceo, la Ville de Seraing prolonge sa collaboration

19 Sep , 2019 dans Environnement, Finances - Taxes

Convaincue par les produits biotechnologiques de Doceo, la Ville de Seraing prolonge sa collaboration

Technicien(ne) de surface, un métier souvent dévalorisé. Une vision cependant désuète d’une activité qui s’adapte aux évolutions technologiques et écologiques enregistrées par le secteur. Soucieuse d’utiliser du matériel toujours plus adapté tout en continuant à accorder une attention toute particulière à la sécurité de son personnel, la Ville de Seraing, par le biais de son service d’entretien, a décidé, en 2011 déjà, de se tourner vers des produits écologiques qui n’ont finalement jamais répondu aux attentes. « En changeant de méthode, nous voulions impérativement privilégier le bien-être de nos agents. Or, les produits utilisés restaient tout de même assez nocifs pour eux. Le personnel se plaignait toujours de réactions et d’allergies cutanées ainsi que d’attaques sur les voies respiratoires. Il était plus que nécessaire de trouver une solution », indique Laura Crapanzano, l’Echevine sérésienne de l’Environnement. « De plus, les produits écologiques n’étaient pas des plus efficaces en terme d’entretien. Ils laissaient les surfaces grasses, les revêtements de sol étaient abîmés tandis que les sanitaires étaient encrassés. Sans oublier la présence de tartre ! Le rapport qualité-prix n’était pas non plus très avantageux. La Ville a constaté que les coûts étaient plus conséquents que ceux relatifs à l’emploi de produits pétrochimiques d’autant que leur utilisation, et plus particulièrement leur dosage, n’était pas optimal. » Une solution novatrice En mars 2015, la situation se complexifie. La Ville de Seraing doit effectivement faire face à une double problématique : d’une part, les sols noircis de la Cité administrative et d’autre part, la présence de champignons dans les douches de la piscine olympique. Afin de pallier aux difficultés rencontrées, les autorités communales décident de faire appel à différents prestataires susceptibles de leur proposer des solutions. « Nous avons dès lors demandé à ces différentes entreprises d’effectuer des tests. Avec les produits biotechnologiques de la société namuroise DOCEO, et plus...

Lire la suite

Intradel propose des ateliers d’initiation au zéro déchet

6 Sep , 2019 dans Environnement

Intradel propose des ateliers d’initiation au zéro déchet

Intradel a décidé d’initier la population au zéro déchet. Pour ce faire, les responsables de l’intercommunale liégeoise de déchets ont décidé d’organiser gratuitement 150 ateliers dans 65 communes participantes, dont la Ville de Seraing. Les Sérésiens auront donc la possibilité, durant plusieurs soirées échelonnées entre octobre et décembre, de participer à des démonstrations pratiques menées par des professionnels expérimentés : 7 ou 8 octobre de 19h00 à 21h30, réfectoire de l’école Heureuse où l’accès se fera par la rue du Parc à Jemeppe ; 15 ou 17 octobre de 19h00 à 21h30, à l’école Distexhe, située au numéro 27 de l’avenue du Centenaire à Ougrée ; 23 ou 24 octobre de 19h00 à 21h30, au pavillon Solvay, situé au numéro 11 de la rue Solvay à Boncelles ; 14, 18, 19 ou 21 novembre de 19h00 à 21h30, au réfectoire de l’école des Bouleaux où l’accès se fera par l’avenue Davy à Seraing. Comme les places sont limitées (le nombre maximum n’est pas précisé), les personnes intéressées devront obligatoirement s’inscrire sur www.intradel.be, du 16 au 27 septembre pour les ateliers du 7 ou 8 octobre, ceux du 15 ou 17 octobre, ainsi que ceux du 23 ou 24 octobre ; et du 21 au 31 octobre pour les ateliers du 14, 18, 19 ou 21 novembre. A noter que ces formations s’adressent uniquement aux Sérésiens et qu’une seule réservation par adulte et par ménage sera acceptée.  ...

Lire la suite

La Ville organise des ateliers sur des plantes et leurs vertus

4 Sep , 2019 dans Environnement

La Ville organise des ateliers sur des plantes et leurs vertus

Le service Environnement, sous l’impulsion de son Echevine Laura Crapanzano, invite les Sérésiens à participer à des ateliers gratuits de savoir-faire, organisés à plusieurs reprises durant le mois de septembre prochain, pour apprendre à connaître et utiliser des plantes aromatiques et médicinales. Dans le cadre d’une consommation et d’une production responsable, la Ville de Seraing met en place depuis maintenant cinq ans des ateliers de savoir-faire basés sur le développement durable. Après avoir permis aux citoyens de fabriquer des produits écologiques d’entretien, des produits cosmétiques écologiques, d’apprendre à cuisiner les légumes d’automne et d’hiver ainsi que des restes de pain, elle va prochainement leur donner la possibilité d’apprendre à connaître et à utiliser des plantes aromatiques et médicinales. C’est donc sous l’impulsion de l’Echevine de l’Environnement, Laura Crapanzano, que les citoyens auront cette année la possibilité d’en savoir davantage sur les propriétés des plantes qui font partie de nos espaces verts, tout en réalisant des produits 100% naturels. Pour ce faire, les personnes intéressées (ces ateliers sont uniquement réservés aux habitants de la Ville de Seraing) pourront participer à des séances organisées, de 18h30 à 21h30, dans divers endroits du territoire: le lundi 16 septembre, les mardis 17 septembre et 1er octobre à l’école des Bouleaux, avenue Davy ; le mardi 22 octobre au réfectoire de l’école Heureuse, situé à l’entrée de la rue du Parc à Jemeppe ; le lundi 4 novembre au pavillon de Boncelles, rue Solvay 11 à Boncelles ; le mardi 5 novembre à l’école Distexhe, avenue du Centenaire 27 à Ougrée. Comme les places sont limitées (maximum 15 personnes par séance), les futurs participants devront obligatoirement s’inscrire en contactant le 04/330.86.07 ou via l’adresse mail environnement@seraing.be en prenant garde de communiquer leur nom, leur adresse, leur numéro de téléphone et la date de l’atelier auquel ils...

Lire la suite

La Ville invite les citoyens à participer au « Fill the Bottle » challenge

19 Août , 2019 dans Environnement, Service de prévention

La Ville invite les citoyens à participer au « Fill the Bottle » challenge

En parallèle à l’action menée il y a deux semaines par huit enfants du quartier des Biens-Communaux dans le cadre du « Fill the Bottle » (un challenge qui a pour objectif d’inciter la population à ramasser des mégots se trouvant en extérieur), les services communaux sérésiens de Prévention et de l’Environnement proposent aux personnes qui le souhaitent de prendre part au défi. Une fois leur acte citoyen terminé, les participants sont invités à prendre une photo de leur travail, à la publier sur les réseaux sociaux en taguant la Ville de Seraing tout en mentionnant le quartier qu’ils ont nettoyé. Mardi dernier, la Ville de Seraing a annoncé que des enfants des Biens-Communaux ont participé au nouveau challenge à la mode des réseaux sociaux : le Fill the Bottle (ou « remplir une bouteille » en anglais). Ce défi lancé par une lycéenne française a pour objectif de déclarer la guerre aux mégots de cigarettes. Les participants se munissent d’une bouteille qu’ils doivent remplir de mégots qu’ils trouvent dans les rues, les parcs et même sur les plages. Un geste positif pour la planète quand on sait qu’un seul déchet de ce type peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau et met 12 ans à se désagréger. A l’image de nombreux internautes, plusieurs Sérésiens ont donc décidé de prendre part à ce challenge. Ainsi, huit enfants, âgés de 8 à 13 ans et issus du quartier des Biens-Communaux, accompagnés des éducateurs du service de Prévention de la Ville de Seraing, se sont mis en quête de mégots de cigarettes. Après avoir parcouru les places Wauters, Merlot ainsi que le parking situé au croisement des rues Lemmonier et Plainevaux, ils ont réussi à remplir deux bouteilles. Afin de poursuivre cette action citoyenne, les services communaux sérésiens de Prévention et de l’Environnement ont eu envie d’inviter...

Lire la suite

Intradel rappelle le fonctionnement de ses services

5 Août , 2019 dans Environnement

Intradel rappelle le fonctionnement de ses services

La société intercommunale de traitements des déchets de la province de Liège (Intradel) a décidé de faire le point sur le fonctionnement de ses services ainsi que sur l’actualité récente de ses activités en mettant à disposition des citoyens des documents téléchargeables sur son site internet. En raison de certains questionnements et de certaines demandes formulées lors de ses derniers comités de suivi, la société Intradel (l’intercommunale de traitements des déchets de la province de Liège) a décidé de récemment faire un récapitulatif des services qu’elle propose, tout en communiquant sur ses nouvelles activités, en réalisant des documents dont le contenu est téléchargeable via son site internet (www.intradel.be). Ainsi, les personnes qui ne savent peut-être pas comment utiliser correctement les recyparcs ou qui ne savent pas quoi faire avec certains de leurs déchets, peuvent aller consulter et même télécharger les articles informatifs de la société liégeoise de traitements des déchets. Ceux-ci sont déjà disponibles  en haute définition et déclinés en deux formats : une page A4 en PDF ou JPG et un encart (format US) en PDF ou JPG. Le second reprenant une version plus succincte en comparaison au premier. Les citoyens pourront dorénavant en savoir davantage : sur l’accès pour les commerçants et les indépendants dans les recyparcs: « Si vous êtes commerçant ou indépendant, vous êtes désormais les bienvenus dans 38 recyparcs (Amay, Aywaille, Bassenge, Beyne-Heusay, Blegny, Chaudfontaine, Clavier, Comblain, Esneux, Ferrières, Flémalle 2, Grâce-Hollogne, Hannut, Herstal, Herve, Huy, Jalhay, Juprelle, Liège-Angleur, Liège-Glain, Lontzen, nadrin, Ouffet, Oupeye, Plombières, Seraing 1, Seraing 2, Seraing 3, Spa, Sprimont, Theux, Thimister, Trooz, Verviers 1, Verviers 2, Wanze, Waremme et Wasseiges) de la zone Intradel avec les déchets issus de votre activité professionnelle. Comment faire ? remplir une demande d’inscription à l’aide du formulaire en ligne : intradel.be/pack effectuer une commande pour un STARTERPACK (à payer...

Lire la suite

Abattage des arbres : une question de sécurité avant tout

2 Août , 2019 dans Environnement, Travaux

Abattage des arbres : une question de sécurité avant tout

Suite à un contretemps, les travaux d’abattage d’arbres situés à Seraing ont été reportés et se dérouleront finalement du 5 au 9 août et du 12 au 16 août. La Ville de Seraing et le Département de la Nature et des Forêts tiennent à souligner le caractère dangereux de ces végétaux en cas de chute sur la voirie. Le mercredi 3 juillet dernier, la Ville de Seraing a annoncé que plusieurs arbres des bois sérésiens allaient prochainement être abattus. Au vu des réactions suscitées par l’information, elle souligne et précise, avec le soutien du DNF (le Département de la Nature et des Forêts), que le chantier a surtout été prévu pour des raisons de sécurité. En effet, les végétaux visés par les travaux sont beaucoup trop proches de la route, parfois même ils la surplombent. Or, ces derniers doivent, selon la loi en vigueur, être disposés à minimum 10 mètres du bord de la voirie. En cas de chute, leur emplacement représente donc un potentiel danger pour les automobilistes mais également pour les cyclistes et les piétons. L’année dernière, plusieurs arbres sont d’ailleurs tombés sur la route de Rotheux tandis qu’un autre s’est fendu en deux.  De plus, il est aussi nécessaire de prendre en compte les changements climatiques qui peuvent engendrer la fragilisation de leur état sanitaire (sécheresse, vent et violente pluie). Les autorités sérésiennes, en collaboration avec le Département de la Nature et des Forêts, ont donc décidé de prendre les mesures nécessaires pour éviter tout accident et ainsi sécuriser les axes routiers traversant la forêt au niveau de la route de Rotheux et de la rue des Nations-Unies. A l’instar de celles qui ont été prises pour la route de Hamoir, l’avenue du Ban, ou encore les rues des Nations-Unies et de Plainevaux. Si le chantier...

Lire la suite

La pyrale du buis, cette chenille qui détruit les buis

31 Juil , 2019 dans Environnement

La pyrale du buis, cette chenille qui détruit les buis

La Ville de Seraing, sous l’impulsion de son service Environnement, tient à avertir la population concernant la prolifération de la pyrale du buis (une chenille originaire d’Asie Orientale) dans nos régions. Même si l’insecte n’est pas dangereux pour la santé, il s’attaque aux buis ainsi qu’à certaines espèces de fusains et de houx. Il est donc important de savoir quel comportement adopter pour s’en débarrasser. Contrairement à la chenille processionnaire dont les poils urticants peuvent causer de sérieux problèmes aux hommes et aux animaux, la pyrale du buis (une chenille originaire d’Asie Orientale qui devient un papillon de nuit) n’est en aucun cas dangereuse pour la santé. Toutefois son régime alimentaire, principalement à base de buis, occasionne de nombreux dégâts à la plante du même nom. Présente en Belgique depuis 2009, elle cause, chaque année, de véritables ravages dans des zones vertes du pays en dévorant les feuilles du buis et en laissant des feuilles mortes, des branches dénudées, des squelettes de feuilles ou encore des toiles dans les buis. Après sa transformation en tant que papillon, et une fois qu’elle a pris son envol, elle ne laisse pas assez de temps au buis pour se rétablir puisque ce dernier est rapidement attaqué par la nouvelle génération de chenille. A terme, la plante finit donc par mourir. Afin de lutter contre ces parasites, le service Environnement de la Ville de Seraing, par le biais de l’ASBL Adalia (une association qui donne des conseils d’entretien des espaces verts respectueux de la nature et qui met également en garde contre les dangers liés à l’utilisation des pesticides), souhaite conscientiser les citoyens aux ravages causés par cette chenille parasite et au comportement à adopter pour lutter contre sa prolifération. Ci-dessous les conseils prodigués par l’ASBL Adalia : « Pyrale du buis : que faire pour...

Lire la suite

La chenille processionnaire du chêne est en Wallonie : ses poils peuvent être dangereux pour la santé

25 Juil , 2019 dans Environnement

La chenille processionnaire du chêne est en Wallonie : ses poils peuvent être dangereux pour la santé

Le service Environnement, sous l’impulsion de son Echevine, Laura Crapanzano, tient à mettre en garde la population face à une prolifération préoccupante de chenilles processionnaires du chêne en Wallonie. En plus d’engendrer des dégâts sur les arbres, ces insectes représentent une véritable menace pour la santé publique. La chenille processionnaire du chêne ou simplement nommée la processionnaire du chêne est un type de chenille relativement répandue en Europe qui se développe à raison d’une génération par an. Au cours de leur évolution, elle peut libérer des centaines de milliers de poils très urticants qui peuvent se disperser par le biais du vent et être relativement dangereux pour la santé en cas de contact avec la peau d’un animal ou celle d’un homme. Leur pelage a déjà déclenché une alerte sanitaire aux Pays-Bas, entraînant ainsi la fermeture d’écoles et l’annulation d’événements sportifs. La situation s’avère également problématique en France mais également en Flandre. Si la Wallonie était, selon les experts, épargnée jusqu’ici, elle ne l’est plus depuis l’année dernière tant le climat wallon conviendrait parfaitement au développement de la processionnaire du chêne. Si aucune destruction n’a lieu dans les prochaines semaines, la situation s’aggravera l’année prochaine avec le risque de devenir hors de contrôle (ce travail de destruction incomberait aux zones de secours avec l’appui éventuel de la protection civile et ce, sous certaines conditions). Cette année, le territoire fait d’ailleurs face à une prolifération préoccupante. De nombreux nids ont déjà été observés à Rochefort, Tellin, Resteigne, Virton, Plombière, Dalhem et dans le Brabant wallon. C’est la raison pour laquelle le Département Nature et Forêt, l’Observatoire wallon de la Santé des Forêts du SPW et la Ville de Seraing, sous l’impulsion de l’Echevinat de l’Environnement, tiennent à aviser la population de la présence de ces insectes et de la conscientiser...

Lire la suite

Avis à la population: les conteneurs verts seront présents de 9h00 à 11h30

23 Juil , 2019 dans Environnement

Avis à la population: les conteneurs verts seront présents de 9h00 à 11h30

En raison des températures caniculaires qui toucheront notre territoire, dès ce mercredi, des mesures exceptionnelles ont été prises concernant les conteneurs à déchets verts. Ainsi, ceux qui sont habituellement placés : rue Solvay, le mercredi ; au Val Saint-Lambert, le mercredi ; rue Fontaine (Haut-Pré), le jeudi ; Rue Briand, le jeudi seront présents durant cette semaine du 22 juillet et ce, de 9h00 à...

Lire la suite

Ville Maya, Seraing adapte l’entretien de ses espaces verts

9 Juil , 2019 dans Environnement

Ville Maya, Seraing adapte l’entretien de ses espaces verts

La Ville de Seraing a décidé d’adhérer en 2011 au plan Maya, qui a pour objectif de sauvegarder les populations d’abeilles et d’insectes butineurs en Wallonie. Pour ce faire, elle a augmenté les ressources alimentaires disponibles en plantant plus de 1000 arbres ou fleurs mellifères sur le territoire et a adapté l’entretien de ses espaces verts. Comme l’emploi de pesticides n’est plus autorisé et que le Service Public de Wallonie préconise un environnement d’accueil à la biodiversité, il est tout à fait normal de trouver des zones où la végétation est plus libre. Toutefois, elle reste encadrée. Voilà déjà plusieurs années que la Ville de Seraing a décidé de s’investir encore davantage dans l’environnement en prenant notamment part au plan Maya, qui lutte pour la sauvegarde des abeilles et des insectes butineurs. Pour rappel, l’abeille domestique subit une régression importante et surtout inquiétante depuis ces dernières années. A l’instar des abeilles sauvages et des bourdons. Un constat alarmant qui est notamment dû à la diminution de leurs ressources alimentaires. En effet, ces insectes n’arrivent plus à avoir suffisamment de pollen alors qu’ils en ont besoin, en quantité, en diversité et en qualité, pour leur survie. L’activité de pollinisation leur étant essentielle, il est donc impératif de mettre en place des espaces riches en plantes mellifères et dénués d’utilisation de pesticides (les produits phytosanitaires étant dorénavant interdits d’utilisation). Un dispositif « vert » qui s’inscrit parfaitement dans le projet du plan Maya auquel le territoire sérésien a pris part en 2011. Ce dernier est donc devenu un acteur important de la préservation des abeilles mais surtout un lieu d’accueil à la biodiversité. Depuis lors, la Ville a  dû s’adapter et mettre en place une gestion différenciée de ses espaces verts. Les zones entièrement tondues toutes les deux semaines ne sont d’ailleurs plus...

Lire la suite