Pages Menu

Une recrudescence de scolytes engendre l’abattage de plusieurs arbres

Publié le 23-05-2019

En janvier dernier, une épidémie de scolytes s’est attaquée aux épicéas présents sur la Ville de Seraing. Pour tenter de limiter la reproduction de ces insectes ravageurs, les arbres contaminés avaient été coupés et évacués mais le Département de la Nature et des Forêts a récemment remarqué la présence de cet animal sur encore 20 arbres sérésiens. Dans le but de limiter les dégâts, le collège de la Ville a finalement accepté de donner son accord sur l’abattage et l’évacuation des épicéas scolytés.  

La chaleur et la sécheresse de l’été dernier ont entraîné une recrudescence importante de scolytes. Ces petits insectes ravagent les épicéas qui finissent par mourir rapidement une fois qu’ils sont contaminés. Comme les arbres touchés par l’invasion de ces animaux sont susceptibles de produire une génération de milliers d’individus qui s’attaqueront à d’autres épicéas, il est vivement conseillé d’évacuer les végétaux qui sont atteints. Il s’agit d’ailleurs d’une obligation légale ! Selon l’article 62 de l’Arrêté Royal du 19 novembre 1987 relatif à la lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux et aux produits végétaux, il est impératif et surtout obligatoire de lutter contre les scolytes dans les forêts wallonnes.

C’est la raison pour laquelle, le 22 février dernier, le collège sérésien a décidé de marquer son accord quant à l’abattage de 266 arbres scolytés présents sur le territoire. Un constat réalisé par le Département de la Nature et des Forêts du Service public de Wallonie (DNF) qui a récemment remarqué la présence d’épicéas contaminés. Neuf d’entre eux se trouvent dans la forêt du Bois de l’Abbaye tandis que les 11 autres se situent de part et d’autre du chemin qui traverse les prairies « Aux Macrales ».

Comme les scolytes sont actuellement occupés à pondre, la deuxième génération (qui devrait voir le jour d’ici six semaines) devrait normalement s’envoler encore plus nombreuse d’ici le mois de juin et envahir de nouveaux épicéas. Afin d’éviter cette situation et de limiter les risques d’épidémie, il devenait donc urgent de faire en sorte d’éliminer les arbres infestés de la forêt. Comme la S.P.R.L SGEF Paul Jacquemin est sur place, la DNF lui a proposé de lui laisser réaliser gratuitement et immédiatement le travail. Au vu de ces raisons et de ces différentes propositions, le collège a donc décidé vendredi dernier de donner son accord « sur l’abattage et l’évacuation des épicéas scolytés présents sur les parcelles cadastrés, à l’exploitant pour rassembler et découper les arbres présents sur des parcelles spécifiques, à l’exploitant pour débarder les troncs d’épicéas par la prairie communale mais à condition qu’il la remette en état à la fin de l’exploitation et sur le fait de transmettre la décision au Département de la Nature et des Forêts et à l’exploitant Paul Jacquemin. »