Pages Menu

Ville Maya, Seraing adapte l’entretien de ses espaces verts

Publié le 09-07-2019

La Ville de Seraing a décidé d’adhérer en 2011 au plan Maya, qui a pour objectif de sauvegarder les populations d’abeilles et d’insectes butineurs en Wallonie. Pour ce faire, elle a augmenté les ressources alimentaires disponibles en plantant plus de 1000 arbres ou fleurs mellifères sur le territoire et a adapté l’entretien de ses espaces verts. Comme l’emploi de pesticides n’est plus autorisé et que le Service Public de Wallonie préconise un environnement d’accueil à la biodiversité, il est tout à fait normal de trouver des zones où la végétation est plus libre. Toutefois, elle reste encadrée.

Voilà déjà plusieurs années que la Ville de Seraing a décidé de s’investir encore davantage dans l’environnement en prenant notamment part au plan Maya, qui lutte pour la sauvegarde des abeilles et des insectes butineurs. Pour rappel, l’abeille domestique subit une régression importante et surtout inquiétante depuis ces dernières années. A l’instar des abeilles sauvages et des bourdons. Un constat alarmant qui est notamment dû à la diminution de leurs ressources alimentaires. En effet, ces insectes n’arrivent plus à avoir suffisamment de pollen alors qu’ils en ont besoin, en quantité, en diversité et en qualité, pour leur survie. L’activité de pollinisation leur étant essentielle, il est donc impératif de mettre en place des espaces riches en plantes mellifères et dénués d’utilisation de pesticides (les produits phytosanitaires étant dorénavant interdits d’utilisation).

Un dispositif « vert » qui s’inscrit parfaitement dans le projet du plan Maya auquel le territoire sérésien a pris part en 2011. Ce dernier est donc devenu un acteur important de la préservation des abeilles mais surtout un lieu d’accueil à la biodiversité. Depuis lors, la Ville a  dû s’adapter et mettre en place une gestion différenciée de ses espaces verts. Les zones entièrement tondues toutes les deux semaines ne sont d’ailleurs plus appropriées.

L’idée est de dorénavant disposer des fleurs diverses (elles sont des sources de nourriture pour toute une série d’espèces), des végétaux mellifères et indigènes parfaitement adaptés pour la biodiversité sur l’ensemble du territoire en conservant mais surtout en limitant les zones de prestige (lieux où l’entretien est parfait) et horticoles. Le service sérésien en charge de la gestion de l’entretien des espaces verts a d’ailleurs réfléchi à une nouvelle manière de procéder, qui sera prochainement proposée aux membres du collège : tondre les contours d’un îlot tout en laissant une végétation libre en son milieu. En plus de cette nouvelle proposition, la Ville poursuit ses objectifs environnementaux par le bais du développement de certains projets comme l’enherbement progressif des cimetières ou encore la mise en place de panneaux de communication dont le graphisme est mis à disposition par l’ASBL Adalia (une association qui œuvre pour des espaces verts sains, développés dans le respect de l’environnement et de la nature).